Annonce : Ultrarock recherche des chroniqueurs et chroniqueuses, motivés, objectifs, passionnés, contact ici ;) ou msn: ess_ultrarock@hotmail.com (chat only)




VEINS ICED OVER
" The awakening "

VEINS ICED OVER The Awakening

Auto-production

Malgré sa réputation de capitale Death Metal de la Floride, Tampa a aussi donné naissance à Veins Iced Over, combo Heavy né sous l'impulsion de « Voz », ami de longue date de Pete Blakk (qui lui présentera son batteur ici présent) de King Diamond et Wade Black de Crimson Glory. S'étant enfin décidé à monter son propre projet après sa déception face aux années 90s, il rencontre l'ex-guitariste de Sinergy lors d'un show hommage à Maiden puis les deux compères décident de monter ce groupe lors d'un concert de Kamelot... Car c'est en effet en Europe que la musique de Veins Iced Over a ses racines.

On pourrait même être plus précis : si l'intro du disque est en effet un instrumental guerrier lourd et épique dans la lignée de « Ides of march », aux arrangements fort classiques (claviers inclus), le titre « Unholy » qui prend la relève, Heavy dopé à la double-pédale, donne le ton pour le reste de l'album. Riffs agressifs, chant allemand, mélodie germanique... nous sommes chez les teutons. Tout cela fonctionne à merveille et est magnifiquement pensé et mis en place, jusqu'au spectre sonore plus aigu réservé à la guitare soliste pour émerger de la choucroute à base d'agressivité et violence constituant la base de la composition. La puissance ne fait défaut à aucun titre, le pied ne décolle pas de l'accélérateur : « Visions of death », « Lost souls », ces titres n'offrent pas de répit, jusqu'à l'hommage aux metalheads des 80s qu'est « Metal fockers » (clin d'il au film « Meet the fockers »). Et lorsqu'on décélère le tempo c'est pour s'enfoncer dans une magnifique lourdeur : « Purgatory », « Legion », en ternaire, « Lantern », « Holy water », quasi-Sabbathien... On ne réinvente pas la roue, vous le devinez, mais on ne se tourne pas les pouces. Rythmes travaillés sur « Revenge » et « Save me » (moins évidents mais plus subtils), chant allant du Udo de « Save me » aux traitements de « Legion », prod inhabituellement rétro pour « Purgatory », guitare soliste Hard Rock pour « Holy Water » et Speed pour « Lantern »... aussi étroit soit-il, le champ de vision du Heavy a été exploré de fond en comble. Et le résultat fonctionne. Il ne sera même pas entamé par les quelques défauts comme le chant moins travaillé de « Revenge » ou la guitare rythmique trop typée Heavy, même pas par la baisse de régime en matière de compo sur la 2e moitié du disque... c'est dire. Le groupe semble trop porté par sa « foi » pour s'y arrêter.

D'ailleurs à écouter Voz c'est bien de foi qu'il s'agit. Appréciez son portrait de leurs ambitions : « donner envie aux gosses de brûler leurs CDs de Rap et de Grunge, de prendre une guitare et découvrir la puissance du Shred. Le Metal est comme une religion pour des gars comme nous, nous le vivons, nous l'aimons et nous pourrions mourir pour lui ». Mais ce qui fait sourire de la bouche de Manowar force le respect dans le cas de Veins Iced Over dont le premier album, conceptuel, autours d'histoires démoniaques, n'est que le premier d'une tétralogie dont le second est enregistré et le troisième écrit! Ca force le respect ; et tout ceci en mobilisant toutes les ressources possibles (les participations de Pete Blakk, Matthais Lange de Metalium et Johnny Osborne de Circe II Circle seraient d'ores et déjà assurées, et Cage les emmènerait en Europe). Premier album ou pas, pas question de faire dans la demi-mesure. « Beaux gosses »!

Le site :  veinsicedover.com + www.myspace.com/veinsicedover

the_outcast

 






Meet ULTRAROCK at  :





E-mail: ultrarockcontact@free.fr 
Design
: www.essgraphics.fr