Annonce : Ultrarock recherche des chroniqueurs et chroniqueuses, motivés, objectifs, passionnés, contact ici ;) ou msn: ess_ultrarock@hotmail.com (chat only)




ACYL
" The Angel's sin "

ACYL The Angel's Sin

Auto-production

Acyl est une nouvelle formation, mais avec une histoire non négligeable derrière elle et assez intéressante : tous les quatre originaires d'Algérie, les membres du groupe ont œuvré dans Worth et Mass entre autres avant de former Acyl à Paris il y a trois ans. Worth, c'est le groupe qui a aussi donné deux musiciens à Arkan et ce background commun va se ressentir dans « The Angel's Sin », premier EP de la formation, entièrement autoproduit.

Leur nom signifie « authentique » en arabe et dénote de la grande précision de leur concept au même titre que leur pochette représentant un homme se tenant devant l'univers sans pencher vers la lune ni le soleil : Acyl est en effet allergique aux idéologies et encore plus à leur imposition, et cela constitue la matière première de leur inspiration, voire leur inspiration tout court, comme les quatre textes ici présents vous le démontreront sans exception.

Musicalement, c'est tout aussi intéressant, avec un mélange assez prononcé de musique traditionnelle nord-africaine (plutôt berbère pour moi) et de Death Metal, scène dont ils sont donc issus, mais noyé sous une approche moderne et assez Progressive. La comparaison avec Arkan tient donc, mais on pourrait tout aussi bien citer Meshuggah pour le mariage de l'extrême et de la modernité, Tool pour l'expérimentation, voire Porcupine Tree ou Opeth en allant loin pour le Progressif... bref, ça balaie large.

Et là où le groupe réussit, c'est dans la cohérence du résultat, car rien ne m'indispose plus qu'un foutoir stylistique, personnellement, mais là, la vision des musiciens est claire et cet EP est sacrément solide pour une première production. Et il y a encore bien des choses dans ces quatre morceaux que je vais de ce pas présenter : La musique nord-africaine est essentiellement présente dans les mélodies de « The evil depth » et, de façon plus complexe, « The alienation of authenticity ». A part la mélodie, elle colore le son de « Obduracy » assez généreusement sur le final. Le Death Metal, ce sont essentiellement des growls partageant équitablement le chant des quatre titres avec la voix claire, et s'appropriant assez « The alienation of authenticity » et « Obduracy », ainsi que l'esprit plus violent de ces deux titres.

A mon goût, ce dernier élément est moins productif que le premier, le sens mélodique de « The evil depth » en particulier m'étant bien plus appréciable que l'aspect agressif de « The alienation of authenticity » que je trouve plus convenu. La composante expérimentale/Progressive est également très productive, avec la structure non linéaire de « Obduracy » et ses diverses interventions sonores, le travail instrumental de « The evil depth » et surtout, pour moi, l'incroyable climat créé sur « The birth of an idea », morceau qui m'a fait citer Opeth et Porcupine Tree.

Le dernier élément que je pourrais citer est moins présent mais hautement intéressant par son éloignement des précédents : il s'agit d'un sens rythmique Heavy assez traditionnel perceptible sur « The evil depth » à travers son riff, « The birth of an idea » à travers sa rythmique prenante ainsi que celle de « The alienation of authenticity » où elle est plus prononcée et crée un contraste avec la modernité de la mélodie responsable de la dynamique de cette compo, tellement fluide que son brusque fade out me fait penser qu'il s'agit d'un edit.

La version complète, si elle a lieu d'être, se retrouvera sur l'album d'ores et déjà prévu pour l'automne, en espérant que le groupe puisse surmonter la passivité actuelle des labels à leur égard... En attendant, vous les retrouverez sur scène le mois prochain, le 23 mars, au Batofar à Paris, afin de juger par vous-même.

Le site : www.acyl.fr  + myspace.com/acylband

the_outcast






Meet ULTRAROCK at  :





E-mail: ultrarockcontact@free.fr 
Design
: www.essgraphics.fr