A R V E N

" Music Of Light "




A R V E N
Music Of Light
Massacre Records

Commençons tout d'abord cette chronique par une citation de François Cheng dans son ouvrage «  L'Eternité n'est pas de trop  » : « Ce qu'il y a de plus beau dans la création artistique c'est justement cette part féminine, cette musique qui n'en finit pas de chanter. »

En effet, la création artistique n'arrive vraiment à rayonner que grâce à cette part de féminité en chacun de nous, cette sensibilité qui permet à la musique de s'envoler vers un plan céleste, afin qu'elle puisse faire vibrer nos cœurs et chanter la Vie. Et qui mieux que les femmes peuvent y arriver ?

Un groupe illustre à merveille cette réalité. Il s'agit d'Arven, une formation presque exclusivement féminine, qui nous vient tout droit d'Allemagne. Constituée de cinq filles et d'un gars, configuration peu commune dans le metal, le groupe teuton nous éblouit tout au long des 50 minutes et des poussières de musique présentes sur ce debut-album.

Artistiquement, il est assez complexe de définir le style pratiqué par le sextet, car il ne nous faut pas tomber dans une réduction facile. Ce qui, de prime abord, peut nous pousser au jugement hâtif, c'est la pochette un peu trop voyante et stéréotypée, choisie par le groupe et mettant carrément l'accent sur les musiciennes (et le batteur), ce qui peut prêter à confusion et amener le futur auditeur à se tromper dans le pronostic du style pratiqué…Que l'on ne s'y trompe pas ! Nous n'avons pas à faire à du rock à la Vanilla Ninja et encore moins à du Spice Girls ou du Destiny's Child. Car dès la première écoute, on remarque que le groupe fait du metal médiéval, c'est indéniable, à entendre les grosses guitares et les structures rythmiques caractéristiques qui sont à la base de la plupart des compositions sur ce disque, ainsi que les diverses ambiances apportées par l'utilisation d'instruments assez rares dans le metal, tels que la flûte ou le violon. Des atmosphères moyen-âgeuses à la Luca Turilli (« Music Of Light », « Raise Your Cups ») ou plus aériennes à la Nightwish (première période – entre ‘Angels Fall First' et ‘Wishmaster') ou Niobeth, on en trouve énormément ici, en veux-tu en voilà. Du coup, on a parfois l'impression d'apprécier un opus des finlandais de Kittee de la meilleure période (celle de 1998 – 2000).

Bien sûr, la voix de Carina Hanselmann n'atteint pas la qualité de celle de Tarja Turunen, étant donné qu'elle n'évolue pas vraiment dans le même registre, bien que certains passages soient assez lyriques. Néanmoins, son timbre est très agréable à l'oreille et se marie parfaitement avec les nombreuses mélodies, principalement dans les moments les plus calmes, comme sur la ballade sous forme de lettre chantée intitulée « My Dear Friend » ou sur l'émouvante « Till Death Do Us Apart ». Mais, il faut préciser qu'elle ne démérite pas non plus, loin de là, sur les compositions les plus enjouées, telles que « Raise Your Cups », « Midwinter Nights » ou « Ruined Castle », ou plus sombres (« On Flaming Wings », « World Of Hatred », « Dark Red Desire »).

De leur côté, les guitaristes Anastasia Schmidt (principale compositrice) et Ines Thomé, la bassiste Lisa Marie Geiss, la pianiste Lena Yatsula et le batteur Till Felden sont tous de sacrés musiciens qui maîtrisent leurs instruments à la perfection. Personnellement, je suis tombé raide dingue du jeu lead d'Anastasia Schmidt et de ses soli d'enfer, comme celui de « Dark Red Desire ».

Même si la production ne met pas toujours en valeur les morceaux présents sur ce premier album, puisqu'un peu faiblard et pas assez « clean », il faut remarquer le grand travail d'écriture et d'interprétation. Cette rigueur permettra certainement au sextet de percer dans nos contrées et d'acquérir une renommée suffisante pour tourner en première partie de grandes formations européennes, telles que, pourquoi pas, Nightwish, Rhapsody Of Fire, voire Alestorm ou Within Temptation. Cependant, le groupe devra confirmer son talent sur un prochain opus, je l'espère, plus abouti, mieux produit et comportant une pochette moins « tape-à-l'œil », afin d'éviter certains clichés.

Ma révélation de l'automne 2011.

Le site : www.arvenmusic.com + www.myspace.com/arvenband

MetalAngel



 

   
Amis ?        
Ultrarock :
13 av Charles de Gaulle, escalier D, 78230 Le Pecq, France

© essgraphics 2011