A U R VA N D I L

" Yearning "




A U R V A N D I L
Yearning
Eisenwald Records

La scène Black Française peut compter sur une valeur montante de la musique extrême en la personne d'AURVANDIL. Celui-ci nous offre son tout premier long format, « Yearning », fruit d'une expérience musicale de plusieurs années déjà (2006) et qui prend ses racines dans Black Métal traditionnel. Une trame stylistique mélangeant agressivité musicale glaciale et passages acoustiques sombres.

A l'écoute de ce premier opus, les spectres de DARKTHRONE, SUMMONING et BURZUM flottent immanquablement dans ce paysage sonore passéiste, aux allures d'hommage aux vieux maîtres du genre.

« Yearning », le bien nommé, fait un peu office de pont entre la nouvelle génération de Blackeux, dont fait parti AURVANDIL, qui tend à s'extraire du classicisme du genre et la vieille génération des fils de Lucifer, gardien du temple maléfique.

AURVANDIL (Etoile du Matin), n'échappera pas au cliché du Black Métal, nous proposant de prime abord, dans les 9 compositions de l'album, une approche musicale plus que classique. Que ce soit au niveau du son, très Old school, ou bien dans la thématique des textes, mélange de mythologie Nordique et de voyages épiques, rien ne vient vraiment troubler l'ordre établi.

Pourtant, la forme des morceaux, même si au final cela reste du Black Métal, apporte des nuances mélancoliques et des instants mélodiques biens travaillés, nous laissant entrapercevoir divers aspects. Parfois Viking Métal, parfois Gothique ou Folk, avec toujours cette volonté de mettre en avant des ambiances spécifiques aux différentes compositions de « Yearning ». Cela afin de vous emporter inéluctablement dans son univers glacial.

La qualité première d'AURVANDIL étant cette richesse émotionnelle, les douloureuses atmosphères dégagées, venant contrebalancer avec les instants brutaux et malsains de son True Black.

Il me semble inapproprié de vouloir extraire un morceau plus particulièrement qu'un autre, seule l'approche globale de « Yearning » doit être prise en compte et c'est là que réside toute la différence d'avec d'autres formations. En détail, chacun pourra trouver de quoi épancher sa soif musicale, mais tout en inspectant d'autres versants sonores plus ou moins brutaux. La partie vocale est ici hyper classique, mais s'oriente plus vers les envolées gutturales rauques que de hurlements de possédés. L'effet n'en étant pas réducteur pour autant. Et pour ceux que les vocalises gêneraient, n'ayez crainte, les longs instants instrumentaux jalonnant « Yearning » de fort belle manière.

C'est l'ensemble de ces petits détails de mise en place, du travail sur le son, du mode d'écriture, du choix des titres et de leurs facettes émotionnelles, ponctuant largement l'opus, qui me confortent dans le fait que ce groupe est vraiment spécial et loin d'avoir tout dit musicalement.

En tout cas, AURVANDIL fait incontestablement parti des groupes à ne pas zapper sous peine de passer à côté d'une formation avec un réel potentiel. « Yearning » n'est certe pas exempt de petits reproches, mais ceux-ci étant insignifiants et bien maigre finalement. Cela n'empêchant pas la sauce musicale de prendre tout au long de son écoute. Un très bon album à se procurer d'urgence.

Vous verrez, plus tard, quand vous serez plus vieux, vous me remercierez pour ce conseil. Mais n'oublier surtout pas, c'est à AURVANDIL qu'il faut rendre les honneurs, car c'est le seul qui en est le concepteur.

Le site : http://loomofthevoid.net/aurvandil/

Dave.

 

   
Amis ?        
Ultrarock :
13 av Charles de Gaulle, escalier D, 78230 Le Pecq, France

© essgraphics 2011