Annonce : Ultrarock recherche des chroniqueurs et chroniqueuses, motivés, objectifs, passionnés, contact ici ;) ou msn: ess_ultrarock@hotmail.com (chat only)




AND YOU WILL KNOW US
BY THE TRAIL OF DEAD
" Tao Of The Dead "

… AND YOU WILL KNOW US BY THE TRAIL OF DEAD Tao Of The Dead

Superball Music

Bienvenue dans cette nouvelle chronique Pop Rock sur Ultrarock et, qui plus est, la seconde pour … And You Will Know Us By The Trail Of Dead, AYWKUBTTOD pour les intimes (et les flemmards)... nous les appellerons même « Trail Of Dead », tiens (oui, super flemmard). Je ne pense pas que le groupe vous soit inconnu, mais, au cas où, je replace quelques points de repère : basés au Texas, formés en '94 par le chanteur Conrad Keely et le guitariste Jason Reece, quartet pour leur premier album en '98 puis sextette, « Tao Of The Dead » est leur septième.

Quelques éléments vont changer par rapport au précédent : d'abord, le groupe va renouer avec Chris Smith, producteur de leur premier album. Ensuite, on ne retrouvera en studio que Conrad, Reece, le bassiste Autry Fulbright et le batteur Aaron Ford. Exit les guitariste et bassiste supplémentaires, donc, et ce, selon Conrad, pour une approche musicale plus directe.

L'album aurait d'ailleurs été enregistré en tout juste 10 jours et cette urgence est le parfait contrepoids à la complexité de « Tao Of The Dead ». Et, j'ajouterais, ce sens du contrepoids est ce qui me fait considérer Trail Of Dead comme l'un des groupes les plus doués de cette scène Rock Texane pourtant déjà prometteuse. Bien plus que At The Drive-In ou autres noms de la scène à laquelle ils appartiennent toujours clairement, ils associent un sens de l'expérimentation à une puissance intrinsèque de plus en plus prononcée.

Cette expérimentation, que vous connaissez déjà et qu'ils poussent à un degré s'affranchissant des barrières habituelles du Rock alternatif/indépendant, s'étend désormais au format de l'album : nous avons une première partie de disque constituée d'une succession de courts thèmes musicaux, exactement sur le schéma de la face B de « Abbey Road » (les morceaux sont expressément composés dans la même tonalité pour être appréhendés comme un tout), puis une composition d'un quart d'heure nommée « Tao of the dead part II », hétérogène, elle aussi, mais plus ambiante et instrumentale, et faisant largement référence au Rock instrumental des 70s.

Car les références se multiplient d'album en album, et la richesse qu'atteignent les influences du groupe se ressent ici de bout en bout. Sur les arrangements, les superpositions de guitares différentes de « Pure radio cosplay » sont dues au Keith Richards de 1968 et les variations d'intensité dont la compo est tributaire rappellent le Velvet ; sur « The fairlight pendant » ils peuvent évoquer « Ladyland » de Hendrix, alors que le rythme de « Weight of the sun » tient plus des 80s (Stranglers par exemple) et les arrangements BOF de « Cover the days like a tidal wave » se réfèrent plutôt à Muse...

On en balaie des choses. Et là où le groupe est de plus en plus bluffant, c'est la facilité avec laquelle il superpose les styles : « Summer of all dead souls » allie un travail sonore emprunté à la grande époque du Synthesizer, un rythme gonflé façon Prog 70s, une mélodie Britpop, des refrains Hendrixiens et un final Pop Rock acoustique... « Cover the days like a tidal wave » marrie l'oppression du Rock moderne à des harmonies Pop plus douces, et « The wasteland » va jusqu'à poser du Rock quasi-punk sur des guitares Prog limite Canterbury. Le résultat est... baroque. C'est du AYWKUBTTOD tel qu'on le connaissait, mais le groupe ne cesse de m'étonner par les moyens qu'il trouve pour repousser ses propres limites.

Il réussit également à lisser l'hétérogénéité assez rugueuse du tout en parvenant à proposer des parties instrumentales quasi-atmosphériques (celles de « The fairlight pendant » et « Tao of the dead part II » notamment) : cela dénote de la même approche de défi, à savoir concevoir une œuvre ambitieuse devant se tenir en tant qu'entité, tout en rendant son approche plus abrupte et fluide, à l'inverse. Les groupes qui se posent des défis n'ont jamais tort et le résultat donne raison aux plus doués. … Trail Of Dead appartient à ceux-là et ce disque le prouve encore plus plaisamment que « Century Of Self ». Je me demande vraiment, vraiment où ils vont pouvoir aller après ça.

Le site : www.trailofdead.com  + myspace.com/trailofdead

the_outcast






Meet ULTRAROCK at  :





E-mail: ultrarockcontact@free.fr 
Design
: www.essgraphics.fr