DEAD LETTER CIRCUS

" This Is The Warning "




 D E A D  L E T T E R  C I R C U S
This Is The Warning
Warner Music

Si toi aussi tu as envie de faire le malin en soirée, de jouer au mec super calé qui déniche des groupes supers bons que personne ne connait, voici le bon filon : Dead Letter Circus. Pourquoi ? Tout simplement parce que ce jeune groupe originaire d'Australie est totalement inconnu au bataillon en Europe (excepté peut être pour les "vrais" puristes). Et pourtant, leur premier opus, "This Is The Warning", a fait un véritable carton de l'autre côté de la Terre, avec une seconde place dans les charts dès sa sortie courant 2010 ! Cette popularité toute fraîche leur a, par ailleurs, permis d'ouvrir les concerts de Muse et Linkin Park durant leurs tournées respectives aux pays des animaux bizarres (c'est vrai quoi ! Une bestiole à bec de canard, queue de castor, mammifère pondant des œufs, c'est quand même bizarre, non ?).

Trêve de plaisanterie, passons à l'écoute de ce disque ayant donné naissance à nombre de singles à succès en Australie.

De prime abord, l'ensemble est assez compact, hermétique et difficilement accessible à toute personne non avertie. Officiant au travers d'une ambiance atmosphérique, les australiens se veulent artisans d'un rock progressif aux allures modernes, dérivant quelquefois sur le mathcore, le tout mis en valeur par un grain de voix clair et relativement haut perché. A première vue, Dead Letter Circus semble être un 30 Second To Mars en herbe, un poil plus penché du coté progressif et atmosphérique du registre rock, armé de titres bien foutus, esthétiques et potentiellement séduisants pour être diffusés sur les ondes, ni plus ni moins. N'oublions tout de même pas la petite difficulté du premier contact et décryptons cet album avant d'émettre quelque conclusion qui soit.

Les premières impressions sont parfois trompeuses, c'est clair. Honnêtement, la première écoute n'a pas forcément été des plus agréables. Le chant de Kim Benzie agresse quelque peu mes petites esgourdes plutôt habituées aux chants rauques et stomacaux. De même, le petit côté très moderne matérialisé par les petites touches d'électro et les sonorités bien actuelles ne me donnent pas forcément une grande envie de pousser l'écoute plus loin. Mais, que voulez-vous, la loyauté à notre cher webzine Ultrarock m'aura fait insister, et encore je l'en remercie.

Pourquoi ? Tout simplement parce que derrière cette apparence un peu trop aseptisée et dans l'ère du temps, bonne à vendre des disques et faire crier les jeunes filles en fleur, Dead Letter Circus semble être une formation bourrée de talent.

Premier coup de chapeau, avoir su gérer un esthétisme musical respectant plus ou moins les codes de la grande distribution du disque sans pour autant tomber dans la facilité. En effet, derrière tout cela se cache beaucoup d'heures de travail et d'élaboration musicale. Loin d'être de simples compositions à trois accords, les titres de ce premier album font preuve d'une très grande richesse, le tout dans une ambiance qui se veut atmosphérique (coup de cœur pour "This Is The Warning", "One Step" et "The Drum").

Second point positif : avoir réussi à proposer suffisamment d'éléments pour contenter un maximum d'auditeurs. L'ambiance un peu planante, ça va bien 5 minutes, mais il y a aussi des moments où il faut savoir envoyer la purée. Il s'agit de ne pas désespérer car les australiens attendent tout de même les 3 derniers titres pour vraiment nous en mettre plein les oreilles après une heure atmosphériquement dense.

Attention donc aux premières impressions, ce premier opus de Dead Letter Circus vaut le détour et justifie de lui-même le succès qu'il a connu en Australie. Pour autant, je ne suis pas persuadé que "This Is The Warning" ait le même succès sur nos terres, bien moins accueillantes pour le registre dans lequel officie ce jeune groupe.

Le site : www.myspace.com/deadlettercircus

Xavier

 

   
Amis ?        
Ultrarock :
13 av Charles de Gaulle, escalier D, 78230 Le Pecq, France

© essgraphics 2011