G I A N T S  O N   J U P I T E R

" Embrace the Unknown "
G I A N T S  O N  J U P I T E R
Embrace the Unknown
Astromaster Productions

Pour la faire courte, GIANTS ON JUPITER est un obscur combo Américain dont je n'avais, jusqu'à ce jour, jamais entendu parler. Des frappadingues qui ont certainement trop tiré sur le calumet, ainsi que bouffé trop de champignons magiques et qui, un soir de descente (Version Annapurna), ont vu débarquer des petits hommes de l'espace. Ces derniers leurs confièrent une mission de haute importance. De devenir des musiciens (Ah bon !?!?) et de polluer la terre de messages sonores subliminaux afin de masquer l'arriver imminente de troupes jupitériennes venues envahir la petite planète bleue.

Bon arrêtons là les traits d'humour trop grossier pour vous parler de cet album de manière plus sérieuse. Malgré tout, il faudra en garder sous le coude pour aborder la chronique de cet opus.

Vous aurez donc 4 plages sonores faites de briques et de broques, de samplers de films, de passages Stoner, de musiques diverses, pouvant aller de chants tibétains aux musiques traditionnelles asiatiques, de Drone, d'ambiances cacophoniques, de sons stridents hyper saturés et d'attaques bruitistes.

Les 4 pistes à vous farcir allant quand même jusqu'au 49 minutes. Je vous prie de croire que la chose n'a pas été facile à faire la première fois. Pourtant je suis du genre open et doit vous avouer que je suis un grand fan d'avant-garde musicale, vouant de l'admiration pour le compositeur américain John Zorn, bien connu pour ses expérimentations sonores ou les pièces musicales d'ULVER, en passant par les pérégrinations solo de Mike Patton, voir les apnées blasphématoires de GNAW THEIR TONGUES.

Heureusement, dans mon malheur, tout n'est pas totalement mauvais dans « Embrace the Unknown ». Mais globalement c'est tellement peu construit et sans véritable architecture que le tout sonne très mal. Je retiendrais uniquement le dernier titre, « Sleep of the Giants », débutant par une mise en abîme atmosphérique, pour ensuite s'envoler vers un Stoner Rock traité au papier de verre et se clôturant sur un final spatial sous overdrive.

Sinon, que vous dire de plus. Benů Je ne vois pas trop en fait. Les réfractaires à ce genre musical doivent fuir le plus loin possible et les amateurs seront très déçus du résultat. Un Cd qui devra impérativement retourner vers les anneaux de Saturne et y rester.

 

Le site : http://www.myspace.com/giantsonjupiter

 

Dave.


 

   
Amis ?        
Ultrarock :
13 av Charles de Gaulle, escalier D, 78230 Le Pecq, France

© essgraphics 2011