G O T T H A R D

" Homegrown – Alive In Lugano "




G O T T H A R D
Homegrown – Alive In Lugano
Nuclear Blast

Difficile de chroniquer cet album comme un simple Live… Mais après tout, il n'en est pas un, alors permettons-nous d'adopter un regard différent pour en parler, sa raison d'être étant bien de rendre hommage à Steve Lee avant tout. Il y a presque un an aujourd'hui – d'où le choix de cette date de sortie – le chanteur suisse perdait la vie au milieu du Nevada lors d'un stupide accident de la route (tué à l'arrêt par une moto projetée par un camion ayant perdu le contrôle sous la pluie), à l'occasion d'un rassemblement de motards, les membres de Gotthard étant tous des bikers notoires. C'est également à l'occasion d'un tel rassemblement que fut capté ce concert, et également sous la pluie, le show ayant d'ailleurs failli être annulé. « Un concert mémorable, et malheureusement le dernier avec Steve » dixit Freddy Scherer. Pas exactement le dernier pour être précis, mais ce sera celui choisi pour ce Live car il fut l'un des rares captés à Lugano, la ville d'origine du groupe. « Tout a commencé à Lugano et c'est là que nous bouclons la boucle de ce que nous avons vécu avec notre ami Steve » dit Leo Leoni… L'occasion était en tout cas parfaite et la prestation à la hauteur. Toute à la gloire de Steve bien-sûr, elle n'en reste pas moins un show en grande forme de la part de Gotthard et bénéficiant d'une excellente qualité sonore, donc, ce côté hommage mis à part, la sortie de l'album est tout sauf injustifiée.

Bien-sûr, ce côté hommage prend le dessus, et l'on juge avant tout la performance de Steve – l'une de ses dernières, donc – et tant mieux car il s'agit là d'une soirée en grande forme pour lui. « Steve était si bien dans la peau, comme jamais. La chimie entre lui et les 20.000 personnes sur place était à peine croyable » selon Freddy, mais « Homegrown » lui donne raison tant le chanteur brille par sa prestation autant que son entrain, élançant la foule, en parfaite complicité, s'adressant à elle en italien comme dans les autres langues suisses, ou lui faisant partager un enthousiasme indubitable à la moindre prise de parole au micro. La setlist, axée sur « Need to believe » qu'ils étaient là pour promouvoir, ne se prête malheureusement pas au statut de témoignage qu'endosse aujourd'hui l'album, mais offre suffisamment de bons moments pour profiter de cet ultime adieu à faire à Steve.

La suite pour Gotthard est incertaine. Le groupe n'a toujours pas de chanteur, bien que les candidatures aient affluées d'Amérique du Nord et du Sud jusque d'Australie… Mais le groupe serait plus enclin à rengager un Suisse et l'heureux élu devrait être annoncé dans la foulée de la sortie de cet album. Personnellement, je ne sais pas si je dois mettre ca sur le compte de la nostalgie, mais la nouvelle ne me réjouis guère, tant « Homegrown » me fait réaliser que Lee avait la dimension de l'un des plus grands vocalistes des années 90. Je l'avais mésestimé, je l'avoue. Mais à en juger objectivement, son charisme était indéniable, sa puissance vocale réellement comparable aux plus grandes voix de la décennie, en toute honnêteté, et la chaleur de cet organe sublime. « The train », ultime inédit acoustique livré avec ce disque, permettra particulièrement de juger de la dernière de ces qualités. Peut-être l'entame d'une seconde partie de carrière pour le groupe, mais assurément la fin d'une époque qui a tristement de grandes chances d'avoir été la plus belle pour Gotthard.

Le site : www.gotthard.com  + myspace.com/gotthard

the_outcast

 

   
Amis ?        
Ultrarock :
13 av Charles de Gaulle, escalier D, 78230 Le Pecq, France

© essgraphics 2011