H A L F O R D

" Live At Saitama Super Arena "




H A L F O R D
Live At Saitama Super Arena
Metal God Entertainment

Voilà de quoi atténuer le goût amer laissé dans la bouche de tous les fans du Prêtre de Judas par la dernière tournée sans KK… Un Live de Halford – le groupe (enfin, ca revient au même), accompagné de la vidéo correspondante, captée à Tokyo en qualité bien supérieure aux deux seuls témoignages visuels actuellement disponibles. Une fort bonne nouvelle, donc.

Halford se présente sur scène accompagné de Roy Z et du même band que sur « Made Of Metal » dont je vous entretenais dans ces pages il y a encore peu… Car l'album est en effet encore frais et c'est bien sur la tournée promo qui a suivi qu'ont été captées ces images et gravées ces bandes, même si Rob aménage suffisamment le tracklisting pour que le Live ait un aspect plus général. Il débute d'ailleurs par une belle incursion dans « Resurrection » auquel il emprunte son tryptique introductif, carrément… et dont on retrouvera « Cyber world » sur la fin. Les morceaux sont présentés sans pauses intermédiaires, ce qui accentue encore plus ce côté renfermé qu'a toujours eu Rob sur scène, avare en mots à l'adresse du public. Ce dernier, en revanche, se manifeste sans retenue, que ce soit sur les temps forts comme « Golgotha » de « Crucible », à la rythmique impeccable, ou sur les nombreux extraits de « Made Of Metal », le morceau-titre, « Undisputed », « Fire and ice », « Thunder and lightning », pour la plupart transcendés par le Live, particulièrement certains comme « Like there's no tomorrow ». Rob, comme à son habitude, a des hauts et des bas selon les titres mais privilégie une approche rentre-dedans, peu surprenante de sa part mais peu captivante aussi…

Le groupe nous propose « Drop out », morceau de 2007, et « Nailed to the gun » de Fight où le jeu vocal de Rob se révèle enfin dans toute sa finesse, et le reste des titres est constitué des inévitables reprises du Priest, plutôt inattendues pour le coup : leurs fameuses versions de « Diamonds and rust » et « Green manalishi », cette dernière étant particulièrement électrique ici, et un « Jawbreaker » intense, acclamé comme il se doit. Du surprenant et du convenu, donc, du réussi et du commun… du Halford dans tout son naturel, donc. Ce Live devrait diviser autant que Halford IV mais il présente un côté direct assez plaisant et absolument pas surfait, qui le rend assez immédiat et proche, malgré la taille de l'évènement et le lieu. En cela, c'est un produit assez réussi et professionnel qui remplit déjà son rôle, et c'est l'essentiel. La carrière de Judas étant dans le flou, c'est une brique solide et rassurante pour celle de Halford-le-groupe.

Le site : robhalford.com  + myspace.com/robhalford

the_outcast

 

   
Amis ?        
Ultrarock :
13 av Charles de Gaulle, escalier D, 78230 Le Pecq, France

© essgraphics 2011