HARM
" Demonic Alliance "
H A R M
Demonic Alliance
Battlegod Productions

Je ne sais pas si la veste en jeans recouverte de patchs colorés (ce subtil mélange de couleurs qui donne envie de vomir son choco BN) va revenir à la mode mais le thrash fait, depuis quelques années, un retour aussi surprenant qu'inattendu (Terrorizer vient même de se fendre d'un spécial Thrash pour accompagner la tournée Européenne du big 4 c'est vous dire qu'un semblant de bénef. est espéré). Le genre a pourtant déjà tout dit et semblait voué à une léthargie plus ou moins infinie. Seuls les quelques survivants qui avaient donné au genre ses lettres de noblesses restaient encore à l'affiche et ce même si leur succès actuel repose plus sur les classiques des années quatre-vingt que sur leur actualité discographique. Que ce soit de ce côté de l'Atlantique ou de l'autre, les Kreator, Destruction, Slayer ou Exodus ne déclenchent l'allégresse générale qu'aux vieilles (mais efficaces) rythmiques de leurs premières réalisations. Bien que l'avenir du thrash se trouve plutôt dans son passé, le succès de la tournée Big Four permet de ranimer un rien la gloire d'antan et des groupes tels que Nifelheim, Desaster, Destroyer 666, en manque depuis de nombreuses années d'une quelconque reconnaissance publique (et ce quelque soit la qualité de leurs sorties), reviennent presque malgré eux sur le devant de la scène.

Aux côtés de ses vieilles gloires, quelques nouveaux venus tentent également de se faire une place au soleil. Parmi ceux-ci, Harm fait une seconde tentative (après un premier album sorti dans une indifférence quasi générale il y a cinq ans). «Demonic Alliance» est intelligemment agressif au point qu'on peut lui trouver certaines filiations avec la scène death (un peu comme un Sepultura période vaches maigres). Les neuf plages s'écoutent avec un certain plaisir et s'il n'invente assurément rien du tout, Harm parvient à tenir son auditoire en haleine de la première à la dernière note. Violent, agressif, rapide mais finalement aussi très structuré et brillamment arrangé, «Demonic Alliance» frappe juste et fort. Si le revival du thrash a un quelconque avenir en 2011 alors Harm peut sans aucun doute avoir un rôle à jouer et pourrait même devenir un futur fer de lance de ce revival. Perso, je reste dubitatif tant j'ai l'impression que rien ne peut révolutionner un genre très efficace mais également très basique. J'en arrive donc à la conclusion que seuls les Kreator, Sodom et Destruction vont profiter de ce frémissement finalement très nostalgique.

Le site http://www.myspace.com/harmmetal

Jordy

   
Amis ?        
Ultrarock :
13 av Charles de Gaulle, escalier D, 78230 Le Pecq, France

© essgraphics 2011