JERUSALEM

" She "
J E R U S A L E M
S h e
Pierced Records

Il est, depuis peu, assez surprenant de voir que de nombreuses formations métal et hard rock des années 80, qui n'ont absolument rien enregistré depuis presque deux décennies, refont leur apparition à l'aube du 21 ème siècle. Tout comme Lazare, ces formations, plus ou moins bien connues, ressuscitent d'entre les « morts » pour deux raisons principales, indépendantes ou non l'une de l'autre : l'appât du gain ou la simple envie de rejouer de la bonne musique avec ses collègues. Il est, tout de même, assez rare de voir ces deux motivations séparées. Par conséquent, il n'est pas toujours très évident d'avoir une opinion claire sur un combo émergeant à nouveau d'une pause ayant, au final, plus l'air d'un split que d'une mi-temps.

Jerusalem fait partie de ces formations là. Bien qu'ayant eu énormément de succès dans les eighties et après avoir sorti de véritables pépites, à savoir ‘ Dancing On The Head Of The Serpent ' (1987) et ‘ Prophet ' (1994), leurs deux meilleures réalisations à ce jour, Ulf Christiansson et ses compères semblent s'être volatilisés et Jérusalem a littéralement disparu de la circulation…jusqu'à l'année dernière, où les suédois ont décidé d'un commun accord de remonter sur scène et d'enregistrer ‘ She ', 7 ème opus de leur discographie, qui se compte sur les doigts de la main. Après un album tel que ‘ Prophet ', était-il difficile pour le groupe de nous offrir avec ‘She' une galette de qualité, sinon supérieure, au moins équivalente à celle de son prédécesseur ?

Bien que ‘ She ' ne soit pas un chef d'œuvre, il reste de très bon aloi. Moins fougueux et plus calme que ‘ Prophet ', ce dernier disque nous révèle un côté plus sobre de sa personnalité musicale. Des titres comme « Calling On » ou « Supernatural » n'ont rien de bien enjoué, car Jerusalem ne joue plus vraiment dans la catégorie hard rock et, tout comme ses concurrents de Bon Jovi, évolue désormais dans un rock FM américain très homogène. Malgré des qualités indéniables, comme sa mélodicité, des refrains plus ou moins accrocheurs, des textes moins orientés religion (« She », « Amos 5 »), quoique certaines compos peuvent le suggérer encore (« Supernatural », « Crown The King », « Heaven », « The Story Of D »), ‘She' reste simplement un bon album, avec du charme, certes, mais sans le dynamisme de ‘ Dancing On The Head Of The Serpent ' et l'originalité, ici, n'est pas de mise. Pas sûr que les messages chrétiens scandés par Ulf, dont le but est d'être délivrés à sa fan-base et aux jeunes de tous bords musicaux, soient très efficaces dans un contexte musical aussi plat, sans aucune saveur.

Autant ‘ Prophet ' était une bonne surprise à l'époque où le grunge régnait en maître, reléguant le hard rock et le métal à des outsiders, avec ses riffs accrocheurs, autant ‘ She ' est l'objet d'une grande déception. L'inspiration divine a énormément manqué au quintet qui aurait dû rester en « pause ». Cela lui aurait sans doute permis de continuer à méditer sur des compositions plus élaborées que celles figurant sur ‘ She '. Peut-être qu'un pèlerinage à Lourdes ou une prière à Notre-Dame seraient les solutions au laisser-aller d'une formation regorgeant pourtant de ressources d'écriture maintes fois acclamées par le passé ? Toujours est-il que ce nouvel opus des suédois ne laissera pas de souvenir impérissable derrière lui. Ulf et sa bande de joyeux apôtres deviennent trop vieux pour persister sur la voie de la musique amplifiée. Ils feraient mieux de retourner chanter dans les églises et d'accompagner Don Camillo lors de ses prêchi-prêcha du dimanche devant une foule de moutons égarés…Ils y feraient moins tâche…

Finalement, 2012 a bien eu lieu, mais avec un an et demi d'avance. Car ce ‘ She ' est une véritable catastrophe musicale. Peut-être la pire de l'année 2011… A oublier !!

Le site : www.jerusalem.se + www.myspace.com/jerusalemulfchristiansson

MetalAngel

 

   
Amis ?        
Ultrarock :
13 av Charles de Gaulle, escalier D, 78230 Le Pecq, France

© essgraphics 2011