Annonce : Ultrarock recherche des chroniqueurs et chroniqueuses, motivés, objectifs, passionnés, contact ici ;) ou msn: ess_ultrarock@hotmail.com (chat only)




LOST IN THOUGHT
" Opus Arise "

LOST IN THOUGHT Opus Arise

Inner Wound Recordings

Le genre : élève prometteur.

Premier album de ce groupe gallois formé en 2007, Opus Arise propose, sans grande surprise stylistique, un métal progressif mélodique et orchestral, intelligemment et agréablement exécuté qui laisse entendre les qualités de ses jeunes interprètes (Nate Loosemore au chant, David Grey à la guitare et au chant, Greg Baker aux claviers, Simon Pike à la basse, Chris Billingham à la batterie).

J'ai d'emblée été séduit par la mélodicité de cette musique excellemment produite. Le titre d'ouverture, Beyond The Flames, qui attrape l'auditeur plus par l'émotion dégagée par la voix que par des prouesses instrumentales, a fait beaucoup pour me convaincre de l'intérêt d'un groupe pourtant très marqué par ses influences. Car, si le dossier de presse vante la proximité de Lost In Thought avec ses compatriotes britanniques de Threshold ou les nordiques Circus Maximus, Pagan's Mind et Seventh Wonder, force est de rectifier qu'il s'agit plus là d'arguments promotionnels que de réelle parenté musicale. De fait, les références du groupe sont (très) audibles et renvoient à Dream Theater pour les rythmiques et les sons de gratte (vous me direz « comme tout le monde ») et surtout à Vanden Plas pour les claviers et la voix. L'influence de ces deux groupes phares du prog mélodique des années 90 est très prégnante, produisant une sorte d'effet rétroactif qui peut séduire (les ambiances) ou agacer (certaines sonorités, surtout de claviers, sont très datées).

Si ces musiciens n'ont pas encore mûri au point de s'émanciper des influences de leurs modèles et si leurs compositions pâtissent d'une forme inconsciente (?) de mimétisme, ils démontrent cependant une intelligence artistique certaine en ne versant jamais dans la démonstration instrumentale stérile mais en gardant, au contraire, un cap mélodique rafraîchissant. Reprenant la célèbre métaphore du verre à moitié vide ou à moitié plein, j'ai donc choisi de voir dans cet Opus Arise la seconde proposition. Car le ratio entre petits travers (erreurs de jeunesse) et évidentes qualités de composition et d'interprétation m'apparaît positif. A l'occasion de leur ascension (vers la gloire ?), de leur levée des voiles, Lost In Thought fait preuve d'une écriture assurée et d'une belle aisance technique. Leurs deux premiers titres, Beyond The Flames et Entity , efficaces, sont la vitrine d'un éventail assez large de références musicales, allant du rock progressif au heavy prog métal. La magnifique ballade New Times Awaken , qui débute l'air de rien en acoustique, déborde d'émotion et même dépourvue des lignes vocales qu'elle aurait méritées, elle fonctionne très bien et offre des parties lead d'un remarquable niveau technique et mélodique. Assimulate, Destroy , qui évoque les Indiens d'Amérique, avec son intro « ethnique » et ses chœurs, apporte une touche à la fois agressive et exotique. L'atout maître du groupe me semble être le timbre de son chanteur, sensiblement différent des canons actuels du genre (ni James LaBrie ni Russell Allen, quoi). Fort d'une bonne maîtrise vocale et capable de modulations intéressantes, il navigue entre deux eaux, baignant souvent dans le heavy et dérivant occasionnellement vers le rock progressif, donnant à la musique de Lost In Thought une coloration délicieusement surannée qui exhale quelques relents Rush-esques.

A charge, je dois reconnaître que certains morceaux souffrent du syndrome de l'inutile futilité, soient des longueurs et la désagréable impression d'un manque patent d'originalité. Blood Red Diamond , au-delà d'un riff (hyperdaté mais) qui fait mouche, sent un peu le travail de finition bâclé. Le très dispensable Delusional Abyss n'en finit pas et n'a dû être sauvé de la lourde que par hasard. Le titre éponyme, dont on serait en droit d'attendre une sorte de profession de foi, se contente malheureusement d'enchaîner les citations théâtrales rêveuses. Le principal écueil à éviter pour Lost In Thought ? Se réduire à un groupe d'instrumentistes talentueux n'ayant rien d'exceptionnel à proposer et, imparable logique, être catalogué parmi les clones. Afin d'éviter cette voie de garage, le second effort devra se montrer plus hardi en délaissant le cabotage pour explorer de nouveaux horizons !

Les titres à retenir. Beyond The Flames , New Times Awaken , Assimulate, Destroy .

En conclusion : des musiciens encore verts auxquels il reste du travail afin d'arriver au niveau de composition de leurs prestigieux modèles. Classique mais efficace, leur coup d'essai, sans être indispensable, devrait pourtant leur permettre d'établir une fanbase . Fort de réelles qualités d'écriture et comptant sur un chanteur à la présence certaine, le groupe devrait, l'expérience venant, tirer profit de ses potentialités. Prometteur quant aux perspectives d'évolution, Opus Arise, bien qu'inégal dans la qualité de ses pistes, laisse espérer des lendemains qui chantent pour Lost In Thought, si tant est qu'il n'y reste pas (perdu dans ses pensées) et sache s'affranchir de ses maîtres (à penser)…

Le site : www.los t inthoughtband.com + www. m yspace.com/officiallostinthought

Bouteil Bout






Meet ULTRAROCK at  :





E-mail: ultrarockcontact@free.fr 
Design
: www.essgraphics.fr