Annonce : Ultrarock recherche des chroniqueurs et chroniqueuses, motivés, objectifs, passionnés, contact ici ;) ou msn: ess_ultrarock@hotmail.com (chat only)




MIRROR OF DECEPTION
" A Smouldering Fire "

MIRROR OF DECEPTION A Smouldering Fire

Cyclone Empire

Je traine cette chronique (un peu comme d’autres trainent leur ennui) depuis des lustres sans trouver ni la motivation de pondre une ligne ni - encore moins - l’ombre d’une envie de retenter l’expérience musicale avec ces vieux brontosaures teutons sur lesquels le nombre d’années qui défilent et le nombre d’heures perdues en studio ne semblent avoir aucune emprise. Fondé il y a maintenant plus de deux décennies, Mirror Of Deception continue invariablement à nous pondre des albums (celui-ci est le quatrième) qui oscillent entre le pathétique et le merdique. Comme ses prédécesseurs que j’ai déjà eu la malchance de devoir chroniquer (un peu comme si la foudre devait toujours tomber au même endroit) «A Smouldering Fire» est un album que je ne peux que qualifier d’ennuyeux. Je me suis emmerdé, mais à un point que vous ne pouvez pas imaginer (sauf si vous vous êtes également plongé dans l’univers de ce «A Smouldering Fire»).
Avoir derrière le micro un type qui ne sait pas vraiment chanter n’est déjà pas un bon départ (même si ça n’a pourtant jamais empêché les albums d’Ozzy ou de Bathory de s’écouler par milliers). Proposer des lignes mélodiques et des rythmiques quasiment hypnotiques à force d’être identiques d’un titre à l’autre n’est pas non plus un gage de réussite même si Dismember nous a déjà prouvé par le passé qu’il est possible de tenir un album entier avec trois ou quatre riffs. Mais ce qui prédomine à l’écoute des albums de Mirror of Deception c’est l’ennui. Rien ne vient aider l’auditeur à sortir de cette espèce de marasme sonore qui vous plonge dans un état de somnolence proche de l’épuisement. J’ai beau essayer, tenter de me raisonner en pensant à la conviction et l’engagement dont les membres de Mirror of Deception font preuve depuis des années, c’est malheureusement au-delà de mes faibles capacités. Je m’emmerde mais je m’emmerde avec leur daube qui balance entre le doom, le dark, le heavy et l’epic au point que je préfère encore me regarder Columbo sur TV Breizh.

Le site http://www.mirrorofdeception.de + http://www.myspace.com/mirrorofdeception

Jordy






Meet ULTRAROCK at  :





E-mail: ultrarockcontact@free.fr 
Design
: www.essgraphics.fr