Annonce : Ultrarock recherche des chroniqueurs et chroniqueuses, motivés, objectifs, passionnés, contact ici ;) ou msn: ess_ultrarock@hotmail.com (chat only)




PLACE OF SKULLS
" As A Dog Returns "

PLACE OF SKULLS AS A Dog Returns

Red General

Place Of Skulls fait partie de ces innombrables noms de la nébuleuse Doom qui rend le genre aussi « underground » qu'intéressant. Formé en 2000 par Victor Griffin (figure emblématique du Doom, pré-Pentagram et Cathedral), c'est alors un trio avec Victor au poste de guitariste et chanteur, Lee Abney (alumnus de Pentagram) à la basse et Tim Tomaselli à la batterie, tout ce beau monde se dotant d'un nom biblique (référence au mont Golgotha) allant comme un gant aux thèmes des compos de Griffin. Un EP et un Live auto-produits leur attirent l'attention de Guy Pinhas qui les fait enregistrer leur premier album pour Man's Ruin Records. Un parcours du combattant commence : Guy surmonte la disparition du label en démarchant Southernlord Recordings, Place Of Skulls surmonte le départ de Lee en engageant un ami de longue date du groupe, Ron Holzner, et en s'enrichissant même d'un quatrième membre, l'énorme vocaliste « Wino » Weinrich (de Saint Vitus). C'est dans ce contexte de rétablissement que naîtra leur second album.

Puis la « fatalité » les rattrape : éparpillé entre le Tennessee, le Maryland et l'Illinois, le line-up ne tient pas et voici de nouveau le groupe en quête d'un bassiste... C'est Dennis Cornelius qui comblera ce vide, le chômage du groupe précédant son arrivée ayant permis à Victor de proposer un album solo. La fatalité ne pouvant évidemment pas abandonner une si belle proie, c'est au tour de Tim de faire ses adieux, remplacé en catastrophe par Pete Campbell pour assurer la tournée à venir... De retour en 2005, Tim finira par enregistrer avec eux leur troisième album, concluant cet épisode mouvementé et en inaugurant un nouveau, tout aussi intéressant puisque c'est Lee Abney qui rentre au bercail deux ans plus tard... Voilà où en est le groupe à l'aube de ce « As A Dog Returns », quatrième album dont Lee ne doit pas trop savoir comment interpréter le titre... le groupe est fraîchement « reformé » et le disque est donc particulièrement attendu.

Le résultat n'est pas si déroutant : la musique du groupe a suivi un chemin constant du Doom vers le Stoner et s'est constamment enrichie d'éléments étrangers. « As A Dog Returns » se contente de suivre cette voie en amplifiant simplement les emprunts et surtout l'écart par rapport à la ligne de conduite Doom. Emprunter, déjà, ce n'est guère Doom, et le résultat est qu'en ignorant l'origine du groupe on ne peut guère qualifier ce disque d'autre chose que Stoner. Quant aux emprunts, ils sont plus prononcés que jamais et constituent la grande originalité de ce disque. Nous allons détailler, mais j'annonce d'abord que les racines du groupe sont toujours visibles à travers la persistance de rythmiques Doom particulièrement profondes et insistantes (dont le titre d'ouverture est un bon exemple) et un son lointain et vague qu'ils ont toujours affectionné.

Ce titre d'ouverture, « The maker », à la rythmique insistante que j'évoquais, s'enrichit d'un solo Psyché bien Stoner allant comme un gant au chant chaud de Victor qui, lui, a toujours été plus proche des Spiritual Beggars par exemple (de Amott) que du Doom. Voilà, dirais-je, le point de repère, le groupe dans sa configuration actuelle. D'un côté d'abord, vont ressortir des éléments plus Doom comme « Breath of life » qui joue sur la mélodie et la mélancolie, et où Victor se fait plus désespéré... Bref, c'est l'esprit du Doom, mais au diapason du Place Of Skulls actuel avec, en particulier, ce gros solo trop traditionnel pour légitimer ce caractère Doom. « Psalm » a le même rôle, outrant les restes Doom du groupe avec cette rythmique boueuse et cette basse marécageuse où le chant, vaporeux, s'embourbe, le tout enrobé de percussions directement issues de « Planet Caravan » pour récréer ce climat froid comme « Breath of life », et renouant avec le son typiquement indistinct associé à leurs anciennes productions.

De l'autre côté ensuite, le groupe va jouer avec ces emprunts qui constituent incontestablement sa « patte ». Ces emprunts sont avant tout Rock, comme pour « Though he slay me » qui met magnifiquement en contraste la lourdeur rythmique avec la clarté de la guitare, toute en arpèges, et du chant, lui aussi plus proche du Rock américain, celui des grands espaces... « Dayspring » aussi ira chercher du côté du Rock traditionnel américain avec son solo 70s mais, plus notablement, ira piocher dans les 90s quelque chose de post-grunge, d'alternatif, de presque Soundgarden, ce qui souligne évidement le côté Stoner de leur approche mais qui reste ici associé au son caverneux et lointain traditionnel du groupe... Nous n'avons donc pas deux approches mais une approche double, point fort de « As A Dog Returns » encore plus que pour ses (illustres) prédécesseurs. Le morceau-titre souligne exactement la même chose, et confirme l'approche du groupe en empruntant dans les mêmes 90s, en y ajoutant même quelques accords complètement étrangers au Stoner, tout ceci entre le solo Psyché à la wah et la lourdeur toujours traditionnelle... Quant à l'étonnante reprise de « Desperation » de Steppenwolf, elle est une belle confirmation de leur vision actuelle, choisissant une approche lente et lourde, au rythme presque plat, plutôt que la dynamique explosive que lui avaient notablement injectée Humble Pie... Bref, les tendances se croisent et s'entremêlent, le groupe mène sa barque avec virtuosité et discernement entre les différentes eaux qu'ils ont traversées.

Ce disque est un plaisir à tous points de vue. Stylistique, instrumental, sentimental... Il est aussi pesant que du Doom sans en être, aussi transportant que du Stoner tout en étant original... Le groupe peut encore perdre et reperdre des membres, tant qu'il persévèrera avec la même détermination, la qualité du cinquième Place Of Skulls - fut-il condamné à bien des errances avant sa matérialisation ne peut que promettre un nouveau pas en avant pour le groupe.

Le site : www.placeofskulls.com  + myspace.com/placeofskullsdoom

the_outcast






Meet ULTRAROCK at  :





E-mail: ultrarockcontact@free.fr 
Design
: www.essgraphics.fr