Annonce : Ultrarock recherche des chroniqueurs et chroniqueuses, motivés, objectifs, passionnés, contact ici ;) ou msn: ess_ultrarock@hotmail.com (chat only)




REINXEED
" 1912 "

REINXEED 1912

Liljegren Records

Le genre : une fine lame chez les seconds couteaux.

J'avais bien aimé ce que j'avais entendu des albums précédents de Reinxeed, le groupe du compositeur, guitariste et chanteur Tommy Johansson. Bon, c'est vrai, pas au point de les écouter in extenso tous les quatre matins. Mais tout de même, je trouvais que ça sonnait pas mal : efficace, mélodique et entraînant. J'ai donc eu envie de chroniquer leur dernier effort, 1912, un concept album (c'est pour faire prog', comme tout le monde en ce moment ?) traitant du Titanic (nan ! revenez, y a pas Céline !). Une histoire de naufrage, ça aurait dû me mettre la puce à l'oreille…

Si elle passe allègrement la première audition, cette musique supporte difficilement d'être décortiquée au fil d'écoutes répétées. En effet, écrite pour accrocher l'oreille (aï-euh !), elle pâtit dans la durée des qualités qu'elle donne à entendre de prime abord. Car son évidence immédiate cache en fait… pas grand-chose. Plus exactement, elle a souvent le goût douteux d'un yaourt (périmé) « avec de gros morceaux d'Helloween, Gamma Ray, Stratovarius et Sonata Arctica dedans ». En plus, les mélodies n'ont rien d'exceptionnel et, plus étonnant pour du power, les refrains ne cassent pas quatre pattes à un canard. Alors, je sais, ça peut paraître sauvage de tailler ainsi mais j'ai sincèrement voulu y croire et essayé de trouver ça agréable mais trop de clichés tuent la photo !

Le chant de Johansson est assez désespérément passe-partout et très irritant (oh ! fâche couillon…) en falsetto . Le batteur devrait la mettre douce (la double pédale… non, pas le batteur, oh, suivez un peu !). Les plans de gratte sont « pleins de notes » (oui, comme dans l'Amadeus de Forman) et souvent très m'as-tu-vu (le spectre de Zigwigwi M. plane sur tout cela, moi j'dis). Mais certains soli, même clichesques, sortent du lot : ceux de Through The Fire , The Fall Of Men, Search For The Sky. Les structures des morceaux (qui finissent par être ardus à distinguer les uns des autres) sont très attendues. Leurs orchestrations auraient gagné au change si plus de finesse d'arrangement avait été préférée à tant d'emphase.

Cet album n'est pas complètement raté et plaira probablement aux plus jeunes fans du genre. Mais : Premièrement, il ne faut pas tromper le chaland : le groupe a beau baptiser sa musique « Adventure Metal » (pour faire Hollywood, comme Rhapsody), c'est pas du « heavy prog symphonique ». J'appelle ça du speed mélodique, point. D'accord, c'est orchestré (pas mal, d'ailleurs) mais pour se la jouer Michael Kamen ou John Williams, il faut sortir le matos (non, pas Dédé…) et ReinXeed n'a pas encore les moyens de Nightwish. Deuxièmement, du néo speed, le premier Sonata Arctica en faisait plus efficacement, en moins maniéré et plus rafraîchissant. Là, j'ai souvent pensé avoir affaire au clone d'un clone… Ben oui (je crois l'avoir déjà écrit ailleurs) après avoir eu droit aux clones d'Helloween (ceux qui ont grandi en écoutant les Keeper), on se tape maintenant les clones d'Angra et Sonata Arctica (ceux qui ont grandi en écoutant ceux qui ont vieilli avec les Keeper !). Et puis, last but not least , bien qu'il fasse belle lurette que le ridicule ne tue plus, même les ritals à jabots de Rhapsody (of Fire, ouais, je sais…) et compagnie l'ont compris : on se calme sur l'esbroufe froufroutante, l'outrance en carton-pâte et les clichés héroïco-pouêt-pouêt ! Tommy, lui, quand il voit le mur, il passe la cinquième ! Soit il est resté au « stade du non » et se la joue « même pas mal », soit il manque un peu de discernement artistique… Cherchez l'erreur.

Il y a pourtant un bon titre entraînant sur cet album (le 1912 introductif) mais, par pitié, qu'ils ralentissent le tempo pour laisser passer un peu d'émotion ! Si, en plus, Tommy acceptait de baisser plus souvent d'un ou deux tons en mode vocal, ça pourrait le faire. Autre solution : s'acheter un chanteur… Tiens, à tout hasard, que fait Jorn Lande en ce moment ?

Les titres à retenir : 1912 (vraiment bien), The Final Hour (dès ce deuxième titre, on se rapproche pourtant dangereusement du gros cliché).

La suite (dix titres quand même) ressemble à ce qu'on vient d'écouter (et à plein de trucs déjà enregistrés par d'autres !).

En conclusion (Je sais, c'est pas bien de moquer les pays, comme les patronymes et les fringues.) Du power, nordique dans l'écriture et italien dans les arrangements, joué avec les mains (forcément !) mais malheureusement pas cuit al dente et qui reste donc sur l'estomac (qui tombe lui-même dans les chaussettes). Dommage, car de bons éléments (les soli) sont présents mais trop de trop tue le too much , hein… Bien de loin mais loin d'être bien (oh ! c'est salaud, là).

Le site : www.myspace.com/reinxeednorth

Bouteil Bout






Meet ULTRAROCK at  :





E-mail: ultrarockcontact@free.fr 
Design
: www.essgraphics.fr