S H I N I N G

" VII: Född Förlorare  "
S H I N I N G
VII: Född Förlorare
Spinefarm Records

La septième réalisation musicale de la formation Suédoise SHINING, attendue depuis déjà bien longtemps, est désormais disponible et s'intitule « Född Förlorare », signifiant “ Né Perdant ”. Loin d'être en rapport direct avec le titre de l'album, ce nouvel opus est, après moultes écoutes passionnées, un excellent cru de la bande à Niklas Kvarforth.

Comme à son habitude, SHINING nous propose une immersion dans son univers macabre et dépressif autour de seulement 6 compositions, mais d'une qualité indéniable.

Même si d'un point de vu personnel j'avais trouvé « Klagopsalmer » relativement moyen, je dois reconnaître, avec soulagement, que le septième du nom est tout simplement magistral. Pourtant, lors de mes premières écoutes, mon sentiment était mitigé pour ce qui est du rendu sonore orchestré par Rickard Bengtsson (ARCH ENEMY, SPIRITUAL BEGGARS & SHINING IV+V+VI). Mais à la longue, ce nouvel opus s'avère être de haute volée. L'équilibre entre le côté agressif et les différents passages calmes et émotionnels étant excellemment produit.

Justement, pour l'aspect agressif, vous aurez toujours droit à la même dose de guitare Heavy/Black par le duo de Gråby/Huss, est une rythmique ultra efficace avec la paire Rickard Schill à la batterie et Andreas Larsen à la basse. Quant à Kvarforth, vous aurez toujours ses rugissements psychotiques dépressifs et, chose de plus en plus présente chez Niklas, des passages chantés, chargés d'émotivité et de fragilité. Ce double aspect vocal donnant une impression de dédoublement de personnalité plutôt impressionnante.

Notons aussi la participation de divers musiciens invités, permettant à SHINING d'asseoir son approche mélodique, avec la présence de l'excellent Marcus Palsson (Piano à queue), Linnea Olsson (Violoncelle), Birgit Huss (violon), Magareta Sköld (Alto) et Lars Fredrik Fröislie (Mellotron & clavier). Là-dessus vous demandez à des potes de venir faire une petite apparition, comme Erik Danielsson (WATAIN), au chant, sur « Tiden Läker Inga Sär », Chris Amott (ARCH ENEMY), seconde guitare solo, dans « Människa O'Avskyvärda Människa », Hakan Hemlin (Nordman), au chœur, dans « Tillsammans Är Vi Allt » et même de laisser chanter Peter Bjärgö (ARCANA) sur une reprise du groupe rock progressif LANDBERK, sur le magistral et troublant « Inattens Timma ». Voilà, je crois avoir fait le tour des guests du chapitre VII.

Parlons un peu des différentes compositions de ce chapitre VII. L'album débute par le premier single « Förtvivlan Min Arvedel » (Désespoir mon Héritage). Certainement le morceau le moins intéressant de l'album. Le plus Catchy et le plus prévisible. Il nous permet d'entendre toutefois un premier passage chanté par Niklas lors d'un break venant adoucir les premiers assauts guerrier, sous rythmique mi-tempo du combo Suédois.

Le second titre, « Tiden Läker Inga Sär », débutant à la guitare acoustique, accompagné du chant Mélodique de Kvarforth, avant l'entrée en matière de l'artillerie lourde. A mi- parcours, le morceau s'accélérant généreusement avec l'arrivée aux vocaux d'un Erik Danielsson vomissant littéralement son couplet. L'atmosphère retombant ensuite sur un passage tout en douceur, avec un Niklas, à la limite du crooner et l'entrée en lisse d'un Méllotron aux accents dramatiques.

Avec la troisième composition, « Människa O'Avskyvärda Människa », que les choses s'accélèrent. Le morceau démarrant avec, en ce qui me concerne, LE riff de l'année. Une véritable tuerie, mêlant agressivité et subtilité rythmique, aux accents Black rugueux. Une nouvelle fois, le titre proposant des passages atmosphériques aux violons, ainsi que deux irréprochables solos, techniques et vicieux.

C'est avec quelques accords de piano aérien doucereux que débute la piste suivante. Un « Tillsammans Är Vi Allt », au refrain interprété par Hakan Hemlin, proche du désespoir. Là aussi, vous aurez droit à un lead d'une redoutable technicité, chargé d'embruns progressifs, noyé dans des passages agressifs. L'avant dernière composition, « Inattens Timma », la magnifique, n'est autre que la reprise de LANDBERK, faisant office de ballade de l'album. Certainement le morceau le plus triste de « Född Förlorare », tout en émotion Nordique, simplement avec un piano et le chant grave de Peter Bjärgö, grandiose.

Après ce doux et beau moment musical, « FFF » entre en action. Une intro installant un sample rythmique indus, avant l'arrivée d'une guitare acoustique, accompagné du chant vibrant d'émotion de Niklas. Le titre basculant ensuite vers des passages hyper violents et malsains à souhait, d'où surgissent des chœurs lyriques fantomatiques et vocaux d'outre tombe, dignes d'un film d'horreur. Le titre se concluant, comme il a débuté, à la guitare sèche.


Ce nouvel opus restera une pièce maitresse dans la discographie de SHINING. Celui-ci reposant sur les mêmes bases que « The Eerie Cold » et « Halmstad », tout en incorporant des instants plus mélodiques, ainsi qu'un Niklas Kvarforth plus aventureux vocalement. Les différentes ambiances musicales produites, entre agressivité Black et orchestrations instrumentales, permettant à chacun des deux aspects, de prendre une dimension encore plus profonde et complémentaire sur l'ensemble de « Född Förlorare ».

Un album à ne pas bouder pour de faux prétextes et qui s'aura être à la hauteur de vos attentes les plus folles. Un des meilleurs albums de 2011.

Le site: http://www.myspace.com/shininghalmstad + http://www.facebook.com/shiningofficial

Dave.

 

   
Amis ?        
Ultrarock :
13 av Charles de Gaulle, escalier D, 78230 Le Pecq, France

© essgraphics 2011