Annonce : Ultrarock recherche des chroniqueurs et chroniqueuses, motivés, objectifs, passionnés, contact ici ;) ou msn: ess_ultrarock@hotmail.com (chat only)




THE NEW BLACK
" II : Better in Black "

THE NEW BLACK II : Better In Black

AFM Records

La première chose qui m'a attiré chez The New Black, c'est leur nom. Héhé... Je sais, c'est bête. Et que ça me serve de leçon : The New Black ne joue ni du Southern Rock ni du Stoner. Ils ne sont même pas américains : ils sont allemands, et formés d'ex-membres de Sinner, Runamok, Abandonned, Paradox et autres groupes de la scène nationale, s'étant apparemment lancés dans ce projet commun après une bonne soirée bien arrosée... Quoi qu'il en soit, The New Black est là et bien là, avec un premier album il y a deux ans suivi de festivals comme le Wacken et de premières parties de Alter Bridge et surtout AC/DC...
Aujourd'hui, le quintette dans la même configuration remet le couvert avec un bien nommé « II : Better In Black ». La détermination que semble indiquer ce titre se confirme avec le contenu de la galette : le même Hard dur et puissant, assez américain certes mais moderne et direct. Pas de morceaux de plus de 4 minutes et pas de longues parties instrumentales. Pas facile à décrire en fait : Avant tout, il s'agit de Hard plus que de Metal, avec surtout d'énormes guitares ancrant le groupe dans le deuxième style mais mélodiquement et stylistiquement c'est du Hard, pas très précis chronologiquement mais parfois assez classieux. Des morceaux comme « Downgrade », « Altar boys » (j'adore leurs titres), « Happy zombies » (qu'est-ce que je vous disais ?) ou encore « When it all ends » indiquent en effet une écriture classique et mélodique. Mais le résultat va plus loin.
Dès le riff du morceau-titre, on sait qu'on est sur un terrain où tout peut arriver. « Downgrade », « Altar boys », « Last chance to throw dirt » déroulent aussi ces riffs pleins d'agressivité et solides comme du béton. Les guitares rythmiques vont franchement porter la musique à un autre niveau. « My favourite disease », « Last chance to throw dirt » et « Sun cries moon » vont vraiment creuser des rythmiques profondes et ultra-prenantes. The New Black est un groupe solide, oui...

Seulement, il n'y a pas que ça. Il y a plein d'autres bonnes choses, mais d'autres bien plus gâtées aussi. Commençons par les bonnes : « Better In Black » est donc un disque bien Hard gavé de morceaux puissants propulsés par des guitares énormes, oui. Ca creuse rythmiquement, ça s'approche parfois de cette lourdeur Sudiste que je désirais, et ça donne à l'occasion des merveilles : je retiendrai l'énorme « Downgrade », le boueux « My favourite disease », le coup de poing « Fading me out » et l'irrésistible « Last chance to throw dirt ». Vous avez tout : la puissance, l'excellent travail de guitare soliste comme rythmique, les riffs imparables et les mélodies plus classiques liant le tout. Bref, du bonheur. Mais vous avez aussi « Batteries & rust » qui fait directement référence à Nickelback (no comment), « Happy zombies » qui ne fait guère « black », ainsi que des choses plus Rock comme « Into modesty » et « When it all ends » qui, si elles ne sont pas totalement désagréables, trouvent mal leur place au milieu du reste... Et même lorsque leurs emprunts sont plus logiques, ils ne donnent pas forcément de meilleurs résultats : je pense au Heavy de « The king I was », « Batteries & rust », « Altar boys » ou « My favourite disease ». Et, comme vous le voyez, ils n'hésitent pas à mixer Rock, Heavy et « New Black » sur un même titre... déroutant.

Mais surtout désagréable car l'on est trop souvent tiraillé entre des atmosphères qui n'ont rien à voir. L'écoute n'est pas très simple et l'appréciation de l'auditeur n'en sera que plus inégale. Les quatre titres que j'ai cités comme mes préférés sont franchement des bombes, et je me demande si le groupe ne ferait pas mieux de se concentrer là-dessus plutôt que de tenter des choses douteuses comme du Zakk Wylde jouant Nickelback ou les Counting Crowes reprenant « Load » et « Reload » (le chanteur a une voix franchement ricaine et me fait penser tout le long à celui des Counting Crowes dont le nom m'échappe). Mes exemples peuvent sembler bizarres mais je pense vraiment à ça, voire pire (Pantera n'a jamais repris du Thin Lizzy, rassurez-moi ?)

Bref, un album bien ficelé, extrêmement bien même, un groupe solide au groove très personnel, une puissance et une magie rythmique indéniables, mais un flou stylistique manquant de cohésion. N'empêche, l'album vaut le coup, ne serait-ce que pour les bons moments que j'ai nommés.

Le site : facebook.com/thenewblackofficial + myspace.com/thenewblackofficial

the_outcast






Meet ULTRAROCK at  :





E-mail: ultrarockcontact@free.fr 
Design
: www.essgraphics.fr