A U T O G R A P H
" The Anthology"




A U T O G R A P H
The Anthology
Deadline Music

Une anthologie de Autograph? En voila une surprise! Déjà, la « reformation » du groupe (en fait autours du seul Steve Plunkett) était inattendue… mais là ! Alors, qu'est-ce que ce fantôme des eighties a à nous proposer après « Buzz », l'album de cette reformation ?

Réponse : en effet une « anthologie », une collection de titres « rares », mais d'intérêt variable. Le premier disque se nomme « Studio Demos 1983-1988 » et remonte donc aux origines. Remontons-y également, le principal intérêt de cette sortie étant avant tout de redécouvrir ce groupe. Les débuts, c'est en effet 1983 et Steve Plunkett, Autograph étant déjà son projet solo. C'est également un incroyable guitariste, Steve Lynch, vieux comparse de Plunkett dans le groupe « Looker ». Et c'est trois albums de 1984 à 1987, « Sign In Please », « That's The Stuff » et « Loud And Clear », pour le meilleur et pour le pire, les deux revenant au même en pleines années 80. De cette période faste, le CD nous propose d'abord des démos d'avant « Sign In Please », à commencer par « Turn up the radio », dont le récent succès remporté auprès des adeptes de Grand Theft Auto explique sans doute l'investissement du Label dans cette sortie. Même avec ce son, les « Nineteen and non-stop », les groovy « Deep end », les « Friday » porté par la guitare lumineuse de Lynch sont à savourer comme il y a 30 ans.

Ce sera, je vous le dis dès maintenant, le principal intérêt de cette compilation, ce premier disque se voyant complété de démos de 1988… le hic étant que ce sont celles parues en 1997 sur l'album bâtard « Missing Pieces », dix ans après le split du groupe et couplant ces titres aux derniers enregistrés après « Lound And Clear ». Même remarque sinon : même à l'état de démos, les titres sont à savourer : « One-way dead-end street », l'irrésistible « All night long », « I've got you » et son solo, tout le génie de Lynch sur « Heart attack », « When I'm gone » plus eighties que son époque… jusqu'à « Sanctuary » où Autograph pointait déjà le nez vers la décennie à venir…

Le vrai quatrième album du groupe, c'est « Buzz » en 2003 et, nouveau bémol, il constitue la quasi-intégralité du deuxième CD, se voyant juste complété de deux versions alternatives de « Turn up the radio »… Cette déception mise à part, j'ai trouvé furieusement intéressant d'enchaîner le travail de Helmerich à celui de Lynch : ce jeu « 8finger »… vous n'aviez jamais remarqué ? Mais c'est bien sûr ! la filiation est évidente… Bref, Autograph avec Helmerich oui, c'est bien Autograph, et « Buzz » ma foi c'est le disque typique du groupe Hard 80s sur le retour, comme aurait pu le pondre n'importe quel contemporain, avec même cette pointe de Glam 90s, décennie qui s'est pourtant passé d'eux. Le disque se justifiait, le groupe ayant gagné une poigne assez solide, et l'écriture, si elle n'est pas forcément inspirée, laisse tout de même apprécier le parfum FM de Autograph en ce nouveau millénaire.

En quelques mots, le plaisir de retrouver Autograph est énorme. L'anthologie est en revanche décevante, ne s'adressant ni aux néophytes qui n'apprécieront sûrement pas un premier CD rempli de démos, ni aux fans n'ayant rien à gagner à « racheter » (car ca revient à ca) « Missing Pieces » et « Buzz ». Passé le coup de nostalgie que vous ressentirez, vous rangerez vite l'album… Ce n'est guère faire justice à ce groupe trop vite oublié !

Le site : facebook.com/pages/Autograph-band

the_outcast


 

   
Amis ?        
Ultrarock :
13 av Charles de Gaulle, escalier D, 78230 Le Pecq, France

© essgraphics 2011