A X E L  R U D I  P E L L
" Circle Of The Oath "

A X E L   R U D I   P E L L
Circle Of The Oath
Label : Steamhammer / SPV

Quelques mois après « Balads IV », voici enfin le vrai 14 e Axel Rudi Pell. Enregistré par Charlie Bauerfeind, et par la même équipe, il n'a donc guère tardé à suivre cette insipide compilation qui sortait alors qu'Axel avait déjà ces 10 titres en boîte, à peu de choses près.

Dix titres qui ne révolutionnent ni le Metal, ni ARP, ni les performances de mon four micro-ondes, mais qui sont tout de même plus agréables à faire jouer sur une platine qu'une compilation de ballades issues d'albums eux-mêmes pas plus originaux que celui-ci … Alors causons un peu de ces titres : rien à redire, c'est du Heavy Metal, euh… über-teuton. Il n'y a, en effet, que les allemands pour nous proposer une musique d'un statisme aussi déconcertant, qui semble faire tous les efforts du monde afin d'éviter le moindre écart par rapport à une ligne de conduite, mais en même temps pour nous l'asséner avec toute la force d'une conviction tenant de la foi religieuse, pour aboutir à des claques, telles que le morceau-titre de cet album, qui nous laissent pantois à la recherche de l'explication de tant d'efficacité contenue dans si peu d'originalité… je ne comprends toujours pas.

Je ne détaillerai guère ce titre, tant il est 80s, old school, rétro, même le son y est, jusqu'au solo d'Axel, pas plus que je ne détaillerai les autres gros morceaux de cet album que sont « Bridges to nowhere », lourd et puissant comme il se doit, traversé du même solo note pour note (au 2 nd degré hein, mais c'est le même esprit sonore), ou « Ghost in the black », la claque d'entrée, me contentant juste de m'interroger sur cette efficacité immédiate… Est-ce le chant chaud de Gioeli, la basse énormissime de Volker ? Je ne sais pas mais quelle claque !

On aurait cependant raison de se pencher un peu sur son équipe, tant celle-ci, dans toutes ses moutures, a toujours mérité d'être taxée d'équipe de choc : Gioeli est très traditionnel, son chant confinant parfois au FM, mais est profond, vivant, se distinguant particulièrement sur les quelques passages acoustiques de l'album (sur le morceau-titre en particulier), quant à Volker, pilier d'Axel depuis toujours, comme l'est tout bassiste à un groupe de Heavy, il atteint souvent des « sommets de profondeur », sur « Bridges to nowhere », donc, comme sur « Hold on to your dreams ». Si « Ghost in the black » claque si fort dès l'intro passée, ou « Hold on to your dreams » dès la ballade « Lived our lives before » - qui ne rassurera guère les anxieux devant la perspective d'un “Balads V” – le géant Mike Terrana n'y est pas étranger non plus, pas plus que Ferdy Doernberg n'est étranger au cachet épique 80s des gros calibres « Bridges to nowhere » ou « Circle of the oath »… Mais la raison de cette efficacité est à chercher sans doute aux racines mêmes d'ARP, ce qui nous fait remonter jusqu'à Steeler et que je laisserai donc de côté.

Bref, essence même du Heavy ou pas, il y a des questions plus prosaïques qui se sont posées à ARP et nul doute que celui-ci a au moins fait un choix conscient : celui de jouer la carte rétro jusqu'à l'épuisement. En deux mots, la couleur quasiment « vintage » de cet opus est un pur choix assumé jusqu'à la moelle et que l'équipe applique avec le plus grand soin, plus qu'on n'a eu l'habitude de l'entendre sur un disque d'ARP, pas l'objet le plus expérimental, encore une fois… mais là c'est de l'exercice de style : soli 80s, sons Hard FM… on se croirait chez un groupe de Nostalgia ou Revival. En soi-même, pourtant, c'est une originalité puisqu'ARP a suffisamment de background pour ne pas donner dans la Nostalgia vu qu'il est, en quelque sorte, le dépositaire de ces 80s et 90s que la Nostalgia cherche à émuler. A quoi parvient-il donc par cet exercice ? Pas à se renouveler, non, mais simplement à rafraîchir un peu son son, ce qui ne lui fait guère de mal, mais ne fera pas non plus de ce « Circle Of The Oath » une pierre essentielle de sa carrière.

Le site : www.axel-rudi-pell.de + myspace.com/axelrudipellofficial

the_outcast

 
Retour vers l'accueil
Ultrarock : 13 av Charles de Gaulle, escalier D, 78230 Le Pecq, France  

© essgraphics 2011