J E F F   L O O M I S
"Plains Of Oblivion "
J E F F   L O O M I S
Plains Of Oblivion
Label

Jeff Loomis est avant tout connu et reconnu pour sa participation à la formation de Nevermore (né des cendres de Sanctuary), groupe avec lequel il ne sortira pas moins de neuf albums entre 1991 et 2011. Ce groupe, qui n'est plus à présenter, évolue alors dans un mélange de Thrash et de Heavy plus old school et où le guitariste peut s'illustrer avec maestria tant les solos ont la part belle. Nevermore jouira d'une certaine notoriété en France, dans la communauté metal tout du moins. Loomis quittera néanmoins le groupe pour un classique problème de divergences musicales. On peut aisément comprendre qu'après 20 ans à jouer la même musique on ait des envies d'ailleurs...

En 2008, le guitariste avait déjà sorti un album solo appelé « Zero Order Phase ». Il s'agissait alors de s'offrir une sorte de récréation entre deux albums de Nevermore et d'en profiter pour jouer avec quelques invités de marque tels que Pat O'Brien (ex-Nevermore parti depuis chez Cannibal Corpse pour voir si l'herbe y est plus verte), Michael Manring (venu du monde du Jazz) ou encore Ron Jarzombek, très connu des fans de Watch Tower, entre autre.

Aujourd'hui, Plains Of Oblivion est donc le second effort de monsieur Loomis. Cette fois, le contexte est différent : il ne s'agit plus d'une récréation puisque ce dernier a quitté Nevermore. Sa carrière solo devient donc son activité principale.

A l'écoute de cet album, c'est indubitable : le guitariste est doué. Très doué, même. Il enchaine les solos rapides en mixant des techniques parfaitement maitrisées telles que le sweeping, le tapping ou un aller/retour propre et sec. Ceux qui le connaissent plus en tant que soliste chez Nevermore ne devraient pas être trop dépaysés par Plains Of Oblivion. En effet, on retrouve les gros riffs metal qui serviront de tapis pour balancer les solos. Là aussi, l'opus donne droit de cité à quelques invités de marque comme Marty Friedman ou Tony McAlpine, qu'on ne présente plus, Chris Poland, qui a officié quelques temps chez Megadeth, et d'autres, moins connus, comme Christine Rhoades qui chantera sur deux titres (3 titres si vous avez l'édition limitée qui propose deux titres en bonus).

Malgré tout ce qui, sur le papier, semble alléchant, l'écoute de cet album laisse songeur. Les grands guitaristes solistes ont tous une personnalité très marquée qu'on reconnaît de suite. Satriani fait de belles mélodies faciles à retenir entre deux solos techniques, Vai fait plus dans l'expérimental, Santana dans la reprise de blues lissée ou encore Marty Friedman dans la diversité des styles. Avec Jeff Loomis, on a plutôt l'impression d'entendre un long solo de Nevermore. Aucune mélodie ne reste en tête, les solos sont très rapides et techniques, mais, artistiquement, d'une rare banalité (monter et descendre des gammes a déjà été tellement fait qu'il est temps de chercher autre chose à faire sur ce genre de disque) et l'expérimental n'est pas à l'honneur tant Jeff préfère rester dans ce qu'il sait déjà bien faire. Même au niveau recherche sonore, on est dans le metal de son ancien groupe sans chercher à sonner autrement.

Ce disque est donc à réserver aux fans du guitariste, des fans qui aimaient le style Nevermore et qui ne recherchent pas une révolution stylistique importante.

Site : http://www.myspace.com/jeffloomis

Vassago

 
 
 
 
Ultrarock : 13 av Charles de Gaulle, escalier D, 78230 Le Pecq, France  

© essgraphics 2011