K I L L I N G   J O K E
" Down By The River "






K I L L I N G   J O K E  
Down By The River
Pledge music

Déjà trois décennies d'existence et plus de 14 albums studio pour Killing Joke...
 
Il y en a eu du chemin parcouru depuis les premières salves discographiques au tout début des années 80 où killing Joke surfait sur une tendance new wave/punk assez ténébreuse (rappelons pour la jeune génération que les dénominations "indus" ou "gothique" n'existaient pas encore en tant que telles).
Jaz Coleman, leader et fondateur du groupe depuis 1979, possédait une voix singulière, déclamative et claire, ce qui est loin d'être le cas aujourd'hui car le vocaliste s'époumone désormais dans un chant plutôt guttural, sortant tout droit des abysses des ténèbres, mais tout en gardant cette majestueuse déclamation. Comment ne pas se replonger un court instant sur les grands titres du groupe qu'ont été "eighties" ou "love like blood", véritables hymnes d'une génération désenchantée...
Avec autant d'années de carrière, il est évident que Killing Joke a eu des haut et des bas, des périodes fastes et d'autres plus sombres, dont dernièrement le décès de Paul raven (bassiste du combo) en 2007. Niveau musical, après l'ascension et le succès de "Night time" en 1985, il a fallu attendre le génialissime "Pandémonium" en 1994 puis "Hosannas From The Basements of Hell" en 2006 pour retrouver un Killing au mieux de sa forme.

Plus récemment, le très bon "Absolute Dissent", sorti en 2010, a enfoncé le clou, confortant la place du groupe au panthéon du rock.
 
Pourquoi relater ce rapide survol de la carrière du groupe? Et bien tout simplement car Killing Joke vient de sortir un double album live enregistré au Royal Festival Hall à Londres. Tout d'abord sorti sous une version numérique pour les plus fanatiques qui pouvaient le recevoir en précommande, voilà que ce double album live sort sous sa forme physique. Et, autant le dire tout de suite, c'est un véritable florilège des plus grands tubes de la bande à Coleman, dont: "Love Like Blood", "Pandemonium", "Requiem", "Eighties", "War Dance", "Bloodsport", et bien d'autres...
Alors, quel est l'intérêt d'un tel concentré de hits qui auraient pu très bien se retrouver sur un best-of ? Et bien il suffit d'écouter la captation live pour comprendre que c'est une véritable guerria occulte que Killing Joke engage avec son public. Car, comme à chaque fois, impossible de passer outre la hargne guitaristique de Geordie Walker ni la voix démoniaque de Jaz Coleman, chef d'orchestre indétrônable. La puissance sonore et les envolées synthétiques nous transportent immédiatement dans un autre monde, un univers chaotique et mélancolique, une identité sonore reconnaissable entre toutes qui n'a pas pris une ride. Même les morceaux les plus anciens, datant de la première époque du combo Anglais, ont pris un sacré coup de jeune, sans pour autant être totalement transformés. C'est d'ailleurs un vrai challenge qu'a su relever Killing Joke depuis des années car, si les aficionados sont conquis, il restait encore à envoûter la jeune génération.

Au final, pas de surprise mais un très beau témoignage scénique de ce qui a fait et ce qui fait encore la grandeur de Killing Joke.

Le site : www.killingjoke.com

Lulho.

 
Ultrarock : 13 av Charles de Gaulle, escalier D, 78230 Le Pecq, France  

© essgraphics 2011