K I S S I N   D Y N  A M I T E
" Money, sex and power "
KISSIN DYNAMITE
Money, sex and power
Label

Kissin Dynamite est actuellement considéré comme le meilleur espoir de la scène Allemande Hard 'N' Heavy. Ils viennent de sortir cette année leur 3 e album intitulé « Money, sex and power » tout en ayant de plus en plus de fans à leurs concerts comme le fait de participer au festival « Bang your head ». Il est évident qu'avec ce troisième album, le groupe a monté d'un cran, on est loin du premier opus sorti en 2008 où le chanteur n'était âgé que de 16 ans et était fier d'arborer ses influences telles que Motley Crue, Whitesnake, AC/DC ou encore Guns'N Roses. En 2010, Udo Dirkschneider (ex accept et UDO) a accepté de participer à un morceau de leur second album en y prêtant sa voix.

Qu'en est il donc de ces nouvelles compositions ?

Le groupe, composé de Hannes Braun (chant), Jim Müller (guitare), Ande Braun (guitare), Steffen Haile (basse) et d' Andreas Schnitzer (batterie), nous offre dix titres alliant voix rauque et voix plus aigue ressemblant fortement à celle de Miles Kennedy, le tout sur une trame purement Heavy. Les refrains sont soignés, ils rentrent dans la tête qu'ils soient appuyés par des curs, ou par un beat rapide et saccadé.

Le titre éponyme est un excellent single qui met parfaitement l'auditeur dans le bain de ce qu'il l'attend : riff carré, rythmique mêlée à une trame d'accords mélodique agrémentée d'une voix puissante, limite lyrique mais sans tomber dans ce moule.

Le titre « Sexe is war » se rapproche d'un métal plus épique que les nordistes connaissent bien (Suède, Finlande) et pourtant, les riffs de guitare dans les passages de soli nous ramène parfaitement dans le monde du heavy, ce morceau est riche mais dans la parfaite lignée du reste de l'album.

Un autre morceau qui, à mon sens, marque est le « She's killer »  : refrain redondant et petits sons trafiqués dans l'intro.

Les compostions sont simples, pas de fioritures, on va droit au but, on joue, on chante mais on sait lier l'ensemble pour que le tout soit lissé, c'est fait très intelligemment, le boulot de la voix qui se superpose, des petits sons de basses déformés, des soli bref, la base rythmique/mélodique est parfaitement discernable, le groupe a du relief.

Le seul bémol réside dans le tout dernier titre clôturant l'album « Six feet under » qui est bien plus mou que le reste avec une voix surfaite, trop appuyée. Le son de guitare se rapproche d'un Santana sur un fond d'acoustique, bon après tout, pourquoi pas ?

Indéniablement, ces cinq jeunes hommes ont un potentiel et ils savent l'exploiter au fil des albums. Ils sont de plus en plus pêchus et déterminés. La puissance du heavy n'est pas mise en avant sur l'aspect mélodique des compositions, c'est certainement ce qui fait que l'ensemble s'écoute aussi facilement sans jamais tomber dans la soupe de riffs ou voix hurlantes.

Ce «  Money, sex and power » vaut son petit pesant de cacahuètes.

Le site : www.kissin-dynamite.de + http://www.myspace.com/kissindynamiterocks

Mélou

 
 
 
 
Ultrarock : 13 av Charles de Gaulle, escalier D, 78230 Le Pecq, France  

© essgraphics 2011