M O B   R U L E S
" Cannibal Nation "



M O B   R U L E S
Cannibal Nation
Label : AFM Records

Il est des disques qui se révèlent après plusieurs écoutes, chez Mob Rules c'est carrément le groupe qui se dévoile d'album en album : après près de 20 ans au service de la même musique, et six albums d'un Metal invariablement Heavy entre Power et Prog - recette certes mixte mais largement employée avant eux et ayant plombé l'inspiration de nombre de formations - les allemands nous pondent, au contraire, des albums toujours plus classes, sans varier leur style d'un iota. Et pour cela, j'avoue avoir de plus en plus de respect pour cette formation ayant débuté à mes yeux comme « encore un groupe Heavy de plus ».

Avec ce septième album, en fait, je me prends à découvrir une « patte Mob Rules » qui ne m'avait encore jamais frappé, alors que j'écoute le groupe depuis ses quasi-débuts, une sorte d'atmosphère un rien nostalgique capable de hisser leurs compos au dessus du Heavy de base de leur squelette, une ambiance que je comparerais à ce que Kingdom Come parvient à faire au Hard. Bref, trêve d'images douteuses, entrons dans le gras de « Cannibal Nation », qui illustre pourtant cette griffe Mob Rules dès le génial titre d'ouverture « Close my eyes », entamant l'album de manière ambitieuse et maîtrisée, exactement comme « Hollowed be thy name » et « Black rain », en posant ce souffle un rien épique, sans plus attendre plutôt qu'attaquer par un single. Batterie extrêmement lourde s'éloignant des canons Heavy ou Power, solo à la fibre Rock ayant toujours été une trademark de leur guitare soliste, et refrain magnifique vous conquièrent d'emblée.

« Lost » prolonge avec autant de goût cette entrée en matière imposante en enchaînant avec un rythme extrêmement lent, donc bienvenu en début d'album, rythmique poursuivie jusqu'en fin de morceau avec le même savoir-faire qui, décidément, devient réellement leur marque de fabrique. Churs d'orfèvres, solo expressif, on est toujours conquis. « Tele box fool » change d'ambiance par son texte satyrique, et surtout de rythme, variation appropriée à ce point de l'écoute. Le moment semble tout indiqué pour le single, « Ice & fire » qui est pourtant, lui aussi, très personnel : harmonies, ambiances à la « New world symphony » (« Amongst the gods »), et orchestrations de Michael Rodenberg (Avantasia) en font définitivement un single d'une conception très Mob Rules. L'inspiration transparait jusque dans le texte, traitant de la captivité d'Ingrid Betancourt. L'un des meilleurs singles du groupe.

« Soldiers of fortune » entame cette seconde partie de disque avec une classe magistrale puisqu'elle nous prouvera que le meilleur des compositions n'est pas derrière nous : à la fois plus dure et plus Rock, elle cristallise pourtant cette fibre Mob Rules qui se révèle splendidement sur cet album : un mariage de mélodie et de lourdeur, une sorte de nostalgie surnageante qui estampille désormais leurs compositions de manière très personnelle. Le reste se compose de « The sirens », elle aussi plus animée qu'à l'accoutumée avec sa cavalcade parfaitement équilibrée ne perturbant en rien la légèreté de leur musique, « Scream for the sun », excellente composition résolument épique aux textes de nouveau assez inspirés (l'ascension de l'Everest), puis le morceau-titre, plus puissant, encore une fois inspiré d'un thème réel puisqu'il vise un ancien dictateur africain (Jean-Bedel Bokassa), et « Sunrise » concluant le disque de façon plus convenue par ses aspects acoustiques mais bienvenus après ce déluge de mélodie, emphase, couleurs et puissance.

« Cannibal Nation » est assurément un très bon disque de Mob Rules, et certainement une preuve de leur maturité stylistique. Rares sont les formations, même plus reconnues, qui peuvent se vanter d'une telle qualité en l'absence de tout renouvellement stylistique. Le petit « truc en plus » du groupe y est évidement pour quelque chose, et ils ont habilement su le faire mûrir pour parvenir à ce stade de formation riche d'un son propre, d'une vision personnelle de leur musique et une détermination solide. Tout ce qu'il faut pour regarder optimistement vers l'avenir, en somme.

Le site :  www.mobrules.de myspace.com/mobrulesband

the_outcast

 
Retour vers l'accueil
Ultrarock : 13 av Charles de Gaulle, escalier D, 78230 Le Pecq, France  

© essgraphics 2011