P A R A D I S E   L O S T
" Tragic Idol "












P A R A D I S E   L O S T
Tragic Idol
Century media

Le retour de Paradise Lost est toujours un réel plaisir et ce, même si le groupe a été tenté par des expériences plus pop (Host). Depuis 2005 et l'excellent album éponyme, PL s'est comme offert une seconde carrière, chaque album étant une réussite jusqu'à l'énorme « Faith divides us death unites us » (2009), frôlant la qualité du culte « Draconian times ». Dans ce contexte, l'arrivée de son successeur n'est pas toujours sans une certaine crainte, avec cette question fatidique : peuvent-ils faire aussi bien, voire mieux ?! 

Et la réponse à cette question, j'ai mis plus d'un mois à la trouver. Après les premières écoutes, j'ai senti que l'album avait un certain potentiel mais n'était pas aussi « clair » que son prédécesseur. Une petite déception passagère arriva malgré la présence évidente de nombreux titres réussis. Il manquait un petit quelque chose, le petit plus. Les écoutes se succédaient et la lumière (noire) se rapprochait de moi. Tout devenait plus clair et ce « Tragic idol » montrait son vrai visage. Tout est sombre, mélancolique, oppressant par moment et l'on touche parfois l'époque d'«Icon» du doigt (Fear of impending hell). Une fois l'immersion totale, je me suis retrouvé une nouvelle fois sous le charme de PL. Inutile de résister, ils ont réussi leur coup. En repassant par plusieurs de leurs époques phares, le groupe nous distille un album d'une noirceur délicieuse comme très peu de groupes savent faire. Des touches de « Icon », et des trois derniers opus sont repérables tout au long de l'album sans jamais tomber dans la facilité de la re-pompe. Les tempos sont variés et aèrent parfaitement l'ensemble. Difficile de sortir un titre du lot tant l'ensemble forme un album cohérent, même si il faut avouer que le premier trio de titres est tout bonnement monstrueux. Rajoutons un artwork soigné et, pour les fans, des éditions de luxe pour tous les budgets, comprenant deux titres bonus (dont une reprise), cependant anecdotiques.

Après de longues heures d'écoutes acharnées de ce « Tragic idol », je le place juste derrière son prédécesseur mais d'une courte tête. « Faith… » était sûrement plus simple d'accès, alors qu'ici on se doit d'être patient et de s'imprégner totalement de l'atmosphère générale pour en ressortir encore une fois ravi. Le piège serait de laisser tomber cet album sans vraiment en explorer tout le contenu. Après treize albums, la carrière de Paradise Lost commence à franchement avoir de la gueule. La suite est attendue avec impatience et je pense que le groupe en a encore sous le coude pour quelques temps. Un bel album qui s'apprécie avec le temps, comme le bon vin.

Le site : www.paradiselost.co.uk

Jerem



 
Ultrarock : 13 av Charles de Gaulle, escalier D, 78230 Le Pecq, France  

© essgraphics 2011