RICHIE SAMBORA
" Aftermath Of The Lowdown "



R I C H I E   S A M B O R A
Aftermath Of The Lowdown
Label : Dangerbird Records

« Aftermath Of The Lowdown » est le troisième album solo de Richie Sambora, le dernier remontant à 1998… Produit par Luke Ebbin, comme nombre de Bon Jovi, il se veut plus modeste que ses prédécesseurs. Plus personnel aussi, le titre évoquant une confession pour Richie.

Si confession il y a, cependant, elle n'est pas si personnelle que ça. « Aftermath Of The Lowdown » m'évoque plus un papillonnement en studio, Richie s'amusant à taquiner diverses idées de chansons venues comme ci-comme ça, laquelle à l'écoute de la radio, laquelle à la faveur de telle rencontre avec tel musicien… Le disque est trop varié pour être décrit globalement, et sonne vraiment plus comme une collection de morceaux enregistrés de façon disparate qu'autre chose.

Une petite dominante, pas forcément bienvenue, est la forte propension de ballades américaines (« I'll always walk beside you », « Seven years gone », 3 ans de moins que pour Led Zep et beaucoup de qualité en moins aussi) parfois Bon Jovi (« Weathering the storm », jusque dans le chant) parfois beaucoup plus modernes (« You can only get so high »). Modernes aussi, les morceaux Rock, ce qui éloigne le résultat d'un album intimiste : le single « Every road leads home to you » (voire plus Pop que Rock), « Nowadays », « Learning how to fly with a broken wing »…

Mais l'album est aussi inégal que varié et Richie nous offre certaines perles au contraste qualitatif saisissant : « Taking a chance on the wind », Rock ricain assez roots entre Black Crowes et le Bon Jovi correspondant, qui plus est chantée très habilement, « Sugar daddy » sur une rythmique technoïde n'étant pas sans rappeler ZZ Top, et le morceau d'ouverture aussi, « Burn that candle down », Funky, Groovy, remémorant le meilleur des 90s.

« Inégal » est donc pour moi le maître-mot de « Aftermath Of The Lowdown » que j'aurais aimé voir plus personnel, plus fidèle à la ligne que Richie s'était fixée. En tant que fan relatif de Bon Jovi, j'aurai aimé le voir saisir l'occasion (tels que le furent les deux premiers albums dans une certaine mesure) pour le laisser exprimer le côté Sambora de la musique de Bon Jovi justement, et l'on se sent ici loin de ces préoccupations. L'album est déconcertant, décevant aussi dans une moindre mesure, mais fait tout de même preuve d'un Richie assez en finesse et, à l'occasion, habité de la même fibre que celui des « Keep the faith » ou autres « Blaze of glory » qu'on se surprenait au début de l'écoute à attendre remplir l'album, mépris que l'on était sur la volonté de Richie.

Le site :  www.richiesambora.com

the_outcast

 
Retour vers l'accueil
Ultrarock : 13 av Charles de Gaulle, escalier D, 78230 Le Pecq, France  

© essgraphics 2011