S E B A S T I A N  B A C H
" Kicking and Screaming "




S E B A S  T I A N  B A C H
Kicking and Screaming
Frontiers Records

Dinosaurs : The Return ! Ainsi pourrait s'appeler la résurrection des anciennes stars du hard'n'heavy, celles qui ont éclairé les eighties de leur lumineuse présence pailletée, qui fait rage depuis quelques années déjà. Alice Cooper, Twisted Sister, Queensrÿche, Guns'n'Roses, etc…Et désormais, Sebastian Bach. Et quel retour !

Après un album moyen (‘Angel Down' - 2007) qui a déçu beaucoup de ses fans, l'ex beau blondinet (et oui, tout le monde vieillit, y compris lui) nous revient avec un nouvel opus, ‘Kicking and Screaming', bien plus savoureux et excitant. Ce plus récent témoignage de l'ancien éphèbe canadien démontre de manière explicite toute la volonté de Sebastian Bach de revenir vers une musique plus mélodique tout en n'abandonnant pas ce côté « sauvage » qui est sa marque de fabrique. Il nous faut préciser que cette bombe de hard rock contemporain n'aurait toutefois jamais vu le jour sans le talent et l'inspiration de Nick Sterling, le cadet du groupe (il n'est seulement âgé que de 22 ans) et, malgré tout, guitariste émérite. Il est à l'origine de la plupart des compositions qui figurent sur cette rondelle, bien qu'il vienne tout juste d'intégrer la formation nord-américaine. Et comme tout jeune musicien né dans les années 90, celui-ci est principalement influencé par le rock des nineties et des années 2000. Cela peut se ressentir tout au long des 45' de ce deuxième vrai album solo de Bach.

Dès les premières notes de « Kicking And Screaming », le son « ricain » présent sur des brûlots aussi divers et variés que ‘Pump' et ‘Get A Grip' d'Aerosmith, ‘Pornograffiti' d'Extreme ou ‘Keep The Faith' de Bon Jovi, fait ici une incursion constante, ceci sur tous les titres ou presque. Ce n'est vraiment pas étonnant puisque Nick Sterling a également partagé la scène avec de nombreuses pointures du hard made in US (Aerosmith, Kid Rock, Cinderella, Steve Vaï, Joe Satriani, Guns'n'Roses, etc) qui ont dû inconsciemment l'aiguiller vers ce style de musique tellement prisé dans les années 80 et toujours aujourd'hui, bien entendu, partout dans le monde. Sur ce disque ne figure aucun temps mort. Toutes les chansons sont calibrées pour donner du plaisir à l'auditeur et l'inciter à secouer furieusement sa tignasse. Mention spéciale, quand même, aux morceaux suivants : « My Worst Enemy » (très européen), « Dance On Your Grave » heavy à souhait, le catchy « Dirty Power », « Live The Life », « One Good Reason » et la ballade de l'album, la tranquille « Wishin' », qui clôt l'album paisiblement.

Petite précision : l'ambiance générale sur cette galette est dans l'ensemble assez joyeuse et enjouée, mais il ne faut pas s'y tromper, certains textes sont plutôt sombres et graves, Sebastian Bach et Nick Sterling ayant récemment vécu une rupture amoureuse et d'autres événements marquants dans leurs Vies. Ce contraste est assez intéressant puisqu'il démontre que l'existence d'une personne peut continuer après un divorce et donne de l'espoir aux gens, pour qui la musique n'est pas qu'une forme d'art, mais également et surtout un échappatoire à leur souffrance, une bouée de secours qui leur permet de garder la tête hors de l'eau, de ne pas sombrer dans les abîmes du désespoir.

Côté technique, la production est claire et l'interprétation est rectiligne du début à la fin. Petit couac néanmoins au niveau de la voix de Sebastian : celle-ci, n'étant plus aussi pêchue et haut perchée que naguère, lorsque Skid Row était son navire, peut par moments être désagréable à l'oreille de par son côté un brin nasillarde et l'on ne peut s'empêcher de comparer son timbre à ceux de Steven Tyler (surtout sur le refrain de « One Good Reason ») pour la musicalité ou Andre Matos pour la rugosité, voire quelques autres vocalistes états-uniens sur lesquels je n'arrive pas à mettre un nom…Cependant, Bach a réussi à conserver une souplesse de tessiture quasiment toujours aussi impressionnante qu'avant.

Ce ‘Kicking And Screaming' est en tous cas un excellent album de rock groovy qui plaira à une large frange de fans, tous bords confondus. Une bonne claque dont il faut profiter une bière à la main en matant les filles en bikini sur une plage de Californie, histoire de ne pas faire tâche et de faire honneur au hard rock US, genre Bon Jovi sur ‘Slippery When Wet'…Avez-vous des sous à dépenser ? Ici, pas de regrets à avoir pour ses billets !!!

Le site : www.sebastianbach.com + www.myspace.com/sebastianbach

MetalAngel



 

   
Amis ?        
Ultrarock :
13 av Charles de Gaulle, escalier D, 78230 Le Pecq, France

© essgraphics 2011