S H E E D U Z
" All Be True "






S H E E D U Z
All Be True
M & O-Music

Lorsque l'on chronique des disques depuis plus de 7 ans, il est parfois impossible d'être objectif ou même d'analyser en profondeur les réalisations qui nous parviennent, tout simplement parce que le fait d'être fan de tel ou tel groupe ou d'apprécier un style de musique en particulier ne s'invente pas et qu'en fin de compte, il sera préférable pour chaque lecteur d'apprécier au cas par cas les albums que l'on est amené à chroniquer. Concernant Sheeduz, je me suis confronté pour la première véritable fois de ma vie au phénomène de la page blanche, ne sachant pas trop par où commencer pour débuter l'écriture de la chronique du second album de ce trio de choc féminin (après deux premières sorties, un EP en 2004, ‘The Barefoot Fairies' et un premier essai en 2007, ‘A Frozen Moment').

En effet, je n'ai pas pour habitude d'écouter ce genre de rock déstructuré, sans véritable ligne directrice pour guider à la fois le concept général présent sur ce ‘All Be True' et les auditeurs. Il n'y a pas d'éléments sur lesquels s'accrocher solidement et durablement. Le seul lien possible entre chaque composition est la section guitare/basse/batterie, c'est tout. Mais, c'est déjà ça. Au moins, on sait que c'est du rock. Après, tous les sous-genres ou presque sont représentés. Cela va du beat simple à un post-rock plus élaboré, en passant par du pop-rock plus aisé d'accès et certains passages plus ou moins metal ou punk.

Dès le premier titre, « Time », on se retrouve directement propulsé quelques années en arrière, quelque part entre les 70's, pour le côté décalé, et les 90's pour un son plus contemporain. Cette tendance est omniprésente sur ‘All Be True'. Difficile alors de comprendre réellement les ambitions des demoiselles. Vers quoi tendent-elles ? Quel est leur but précis ? Faire perdre la boule ou, plus exactement, faire voyager ? Il est impossible de donner une réponse explicite, d'autant que les morceaux suivants naviguent entre ambiances sombres (« Dirt », « Moody Girl », « Applause »), moments plus enjoués (« Perfect & Destroyed », « All Be True », « Jimi », « Daily News », « Blank Page ») et plus calmes (« Feel Free »). On ne sait jamais à quoi s'attendre avec Audrey (chant) et ses copines.

Dans tous les cas, Sheeduz a une grande personnalité, malgré, et je suis navré de devoir le dire, peu de créativité. Il est dommage de constater à quel point certaines formations n'osent pas aller au-delà de compositions basiques et peu abouties. Le rock à la Izia et compagnie a été maintes fois entendues et nous ne sommes plus dans les années soixante-dix. Il faudrait que les filles évoluent et nous proposent un rock plus punchy, plus complexe et moins « pubère ». Oui, je le clame haut et fort, la musique de Sheeduz manque énormément de maturité. Bon, il s'agit peut-être d'un trait de caractère inhérent à la jeunesse des trois filles, celles-ci ayant débuté leur carrière assez tôt. Toutefois, il faut noter que les rockeuses ont quand-même participé à de nombreux festivals, tels que ceux de Lorient, du Rock En Seine, des Ardentes, entre autres concerts dans de petites salles, ce qui, paradoxalement avec une certaine immaturité musicale et le mimétisme indigne entre toutes les compos, entraîne du respect.

Côté production, c'est la cata…rien à dire de plus dessus…

En fin de compte, Sheeduz n'est pas un groupe indispensable. Leur second « effort » l'est encore moins et il y a beaucoup de déception à l'horizon. Je pensais tenir entre mes mains une pépite rock, je n'ai eu en tout et pour tout que du charbon qui s'effritait. ‘All Be True' est, au choix, à oublier, à jeter à la poubelle ou à brûler. Dommage !

Le site  : www.myspace.com/sheeduz

MetalAngel

 
Ultrarock : 13 av Charles de Gaulle, escalier D, 78230 Le Pecq, France  

© essgraphics 2011