S O U L F L Y
" Enslaved "






S O U L F L Y
Enslaved
Roadrunner records

L'usine Cavalera tourne à plein régime depuis quelques années. Avec Soulfly et Cavalera conspiracy, on retrouve Max tous les ans pour de nouveaux disques plus inégaux les uns que les autres. Ainsi, il y a deux ans, « Omen » ne laissait plus trop d'espoir quant à un retour au premier plan du groupe. L'album étant carrément raté, on pensait la fin de Soulfly proche. L'an dernier « Blunt force trauma » deuxième album des Cavalera Conspiracy, laissait l'espoir d'un retour en grâce de Max et compagnie, malgré un album inégal. Enslaved arrive donc cette année avec un line up changé à 50%, et j'avoue ne plus trop savoir comment l'aborder.

Je n'en attendais rien et c'est peut être ça qui m'a sauvé du dégoût. Enslaved n'est pas un album de Soulfly mais plutôt celui de « Cavalera Soulfly Conspiracy ». Depuis « Dark age » la musique de Soulfly amorçait un virage « thrash » réussi sur le dit album, mais s'essoufflant dangereusement sur les deux suivants. Entre temps Max et son frangin se sont rabibochés et « CC » a vu le jour. Allons droit au but, « Enslaved » est un album plutôt réussi par rapport à « Omen » mais dérangeant.

La première partie de l'album lorgne toujours vers le thrash mais teinté cette fois-ci de quelques touches death surprenantes et d'un tempo assez rapide. Avec « World Scum » et l'énorme « Gladiator » on se prend deux grosses tatanes de face et l'on se met à rêver d'un très bon album, comme le fut « Dark age ». Ça ne ressemble plus à du Soulfly certes, mais c'est efficace. Cette première partie d'album aurait pu (du) sortir sur le prochain album de « CC ». On retrouve ce qui a fait Soulfly avec la seconde partie d' « Enslaved », le coté tribal est de retour, les rythmes un peu plus saccadés et des paroles en portugais (Plata o plomo). Sans être transcendant l'ensemble passe bien mais gâche un peu l'excellente entame de l'album.

En y regardant de plus près, on peut confirmer la thèse que ce nouvel album est un produit 100% Cavalera. Ainsi, dans le livret on découvre qu'un titre est écrit par Max, Igor et Zyon et un autre par Max, Igor et Richie. Max nous bassine depuis des années en pleurant que Soulfly est son bébé à lui mais commence à y introduire le reste du clan, chose que je ne comprends pas puisque « CC » a vu le jour, mais explique qu'Enslaved se trouve bloqué entre ces deux groupes.

Marketing oblige, deux versions seront de sortie pour ce nouvel album. L'édition spéciale contient trois titres bonus, les deux premiers s'écoutent et s'oublient dans la foulée. Plus surprenant, le troisième bonus est l'excellent instrumental « Soulfly VIII ». Max a toujours fait un titre instrumental sur chaque album de Soulfly, mais pourquoi avoir décidé de mettre celle-ci en bonus ?! Coté guest, on peut noter la présence de Dez Fafara (Devildriver, Coal chamber) sur « Redemption of man by god » et de Travis Ryan sur « World scum ».

Cavalera Soulfly Conspiracy nous propose donc un album inégal mais tenant la route avec quelques titres ravageurs. Néanmoins, on est en droit de se demander où Max veut aller. Soulfly perd son identité au fur et à mesure de l'intégration de la famille Cavalera et cela peut conduire à sa perte. Le prochain album s'annonce crucial, à moins que Max nous annonce la fin de Soulfly pour la formation de « Sepul Cavalera Soufly conspiracy ».

Le site : www.soulfly.com

Jerem

 

 
Ultrarock : 13 av Charles de Gaulle, escalier D, 78230 Le Pecq, France  

© essgraphics 2011