S O U N D G A R D E N
" King Animal "



SOUNDGARDEN
King Animal
Label : Republic

2012 verra donc bien un 6e Soundgarden… Cette annonce en laisse perplexe plus d'un depuis le début. Pour l'instant, la reformation du groupe de Seattle s'est limitée à une compilation, une tournée et « Live to rise » pour la BO des Avengers. Disons que l'attente n'était pas exceptionnelle pour voir ce que ce groupe aux plaies pansées pouvait donner en studio 16 ans plus tard.

En fait, ça sera une bonne surprise pour le coup. Rien à voir avec « Live to rise », rien à voir avec un groupe à sec et vieilli, et – dieu merci – rien à voir avec « Badmotorfinger 2012» ou « Superunknown II le retour ». M'enfin, « vieilli » peut-être oui, mais alors dans le sens d'un groupe mature et stylistiquement accompli. Soundgarden sonne plus posé, moins agressif, mais c'est bien car il est conscient de son identité actuelle et ne tente pas de la nier pour jouer un rôle peu crédible. Les morceaux sont écrits de façon plus réfléchie, c'est musicalement plus fouillé que par le passé, et niveau feeling ma foi même si le groupe a perdu de sa splendeur ils optent judicieusement pour l'exploration de climats musicaux plus profonds et encore rarement investis par le quatuor.

En fait, peu de titres empruntent la voie « énervée » que l'on était en droit d'attendre d'eux, et – qui plus est – ils s'avèrent les moins intéressants. « Attrition » ou le single « Been away too long » sont autant de brûlots Grunge un rien déplacés aujourd'hui et définitivement bien forcés à l'oreille. « By crooked steps » est plus moderne peut-être mais c'est décidément en adoptant d'autres sensibilités que les ricains marquent des points, dont certains doubles : « Bones of birds », « Taree » ou la surprenante « Rowing » creusent des sillons pâteux et vaporeux où le groupe dessine des sons plus crades avec bien plus de doigté que dans les 90s. Voilà qui était fort judicieux à mettre en exergue.

Des titres comme « Non-state actor » ou « A thousand days before » suivent un autre chemin encore, celui du Rock traditionnel, un genre pas plus exploré auparavant et donc tout aussi délicieux à l'oreille. Au final, pas loin d'une heure de musique sans fausse-note aucune, avec une variété de choix très équilibrée et évidement une maturité musicale sublimée. Un Ben Shepherd extrêmement profond (« By crooked steps »), Matt Cameron vraiment primairement envoûtant, Kim Thayil dégainant toujours des licks imparables au détour d'une « Eyelids mouth », et Chris Cornell plus sourd, plus « arraché », et plus inattendu aussi (encore cette « Rowing »). Niveau retour de légendes, « King Animal » n'était pas le plus prometteur mais est sans doute l'un des plus intéressants.

Le site :  soundgardenworld.com myspace.com/soundedenmusic

the_outcast

 
Retour vers l'accueil
Ultrarock : 13 av Charles de Gaulle, escalier D, 78230 Le Pecq, France  

© essgraphics 2011