Ecoute ULTRAROCK en live sur ton ordi :
Sur les ondes de la radio RGB 99.2
 
 
   









BARBE-Q-BARBIES
" Breaking All The Rules "



BARBE-Q-BARBIES
Breaking All The Rules
Label : Sound of Finland

Dans les 80 nous avions Girlschool. Et bien nous voici une vingtaine d'années plus tard en présence de Barbe Q Barbies. Ce groupe finlandais uniquement ovarien existe depuis 2002 mais émerge seulement hors de ses frontières depuis quelques temps. Après avoir sorti trois EPs depuis leur formation et 1 album s'intitulant All Over You en 2010, les revoilà avec un tout nouvel opus flambant neuf : Breaking All the Rules . En jetant un il à la pochette on croirait voir les Pussycat Dolls, look hyper soigné à grands renforts de chaines, cuir et de shorts raccourcis, sans oublier les tatouages ornant leur anatomie, le tout dans un décor de carte postale US. Mais ne vous y méprenez pas : la zic qui est gravée sur cette galette est vraiment loin de ce que font Nicole Scherzinger et ses copines. Ici : du rock, du rock et encore du rock, rien d'autre. Vous m'avez bien saisie ? Si oui, parfait. Pour les récalcitrants, lisez ce qui suit !

D'emblée, lorsque l'on met cette rondelle sur la platine, on est frappé par l'énergie qui se dégage de ce quintet rempli de gamètes femelles. Les guitares, tenues par Kaisa et Ekkis, sont rugueuses et bourrées de distorsion. Pour ceux qui suivent le rock n roll à la sauce gynécée, on pourrait faire un certain parallèle ou un parallèle certain, avec le chant de Nina C. Alice du groupe Skew Siskin, petite protégée du maître du Jack Daniel's, à savoir notre bon vieux Lemmy. En effet, Niki, la tenancière du micro détient en ses cordes vocales un timbre rageur et aussi déchiré que celui de Nina C. D'ailleurs, l'esprit Motörhead n'est pas bien loin, ceux d'AC/DC et de Kiss non plus. Assurément, ces jeunes donzelles nous proposent des compositions franches, directes qui ne tergiversent pas 30 ans. Les refrains multi-churs sont accrocheurs et se scandent à merveille, ce qui ne gâche rien puisque, de cette manière, on les retient facilement. Au niveau de la partie rythmique, c'est solide, la basse de Minttu et les fûts de Nina s'emboîtant de manière naturelle. Du côté des chansons dites « fortes » de cet opus, on retrouve la piste de lancement Crashing Down qui est toute en puissance, ça pulse comme il se doit chez les Barbe-Q-Barbies. Mais ces demoiselles de l'enfer démontrent qu'elles savent aussi se laisser gagner par la douceur sur Gun in my Hand qui est telle une ballade, en version mi-unplugged, puisqu'elle démarre avec une guitare semi-folkeuse. De plus, elles agrémentent leur rock vulvaire d'une partie piano. Cependant, on ne tombe pas dans la mièvrerie pour autant, grâce au chant toujours rentre-dedans mais en subtilité. Comme quoi, on peut allier force et douceur dans une seule et même missive rock n rollesque. Par endroits, un petit côté Bonnie Tyler plane sur cette piste. Mais l'ambiance rock pure et dure reprend de plus belle sur les deux derniers morceaux ( Shout it Out et Friday) qui sont au nombre de 11, ce qui a le don d'apposer le mot fin de l'album sur une explosion électrisante. On peut toutefois observer que les chansons sont assez semblables et qu'il y a, par moments, un petit manque de diversité créative. Mais qu'importe : nous, ce qu'on veut, c'est que ça envoie !

En conclusion, sur cet opus, les Barbe-Q-Barbies peuvent amplement rivaliser avec leurs homologues remplis de testostérone. On est en présence d'un album de qualité qui ne vous laissera pas indifférent. De plus, c'est un plaisir tant visuel qu'auditif alors, profitez-en !

Le site : http://www.barbeqbarbies.com/

Alicia FIORUCCI




Retrouve cette chronique sur le blog Rocking In a Free World


© essgraphics 2011