Ecoute ULTRAROCK en live sur ton ordi
ou sur les ondes de la radio RGB 99.2
Ecoute les émissions en Replay !







                                                         



CHIMAIRA "Crown of Phantoms"





C H I M A I R A
Crown of Phantoms
Label : E1 Music

Dans la catégorie des groupes dégoupillant l'artillerie lourde, on retrouve les gars de Chimaira. C'est à Cleveland que le combo se forme en 1998, étalant ainsi son métal hardcorisé aux riffs plus que rugissants. Forts de sept albums à leur actif, c'est deux ans après leur précédent opus Age of Hell que les ricains reviennent plus puissants que jamais sur le devant de la scène métal. En effet, c'est avec un tout nouveau missile, Crown of Phantoms, ainsi qu'un remaniement au niveau du line-up, qu'ils signent leur retour triomphal . Bon, avant de déclarer ouverte la dissection de cet album, autant vous prévenir que les amateurs de rock soft ne trouveront pas grand-chose d'intéressant dans ce qui va suivre. Allez, passons aux choses sérieuses dès à présent.

D'emblée, nous sommes mis au parfum de ce que va contenir cette fiole auditive. En effet, The Machine est une arme de destruction massive. On ressent instantanément leur rage à travers des messages comme Plastic World où la dénonciation sociétale est amplement perceptible. La rythmique, emmenée par Jeremy Creamer (basse) et Austin d'Amond (batterie), est franchement efficace et plante une réelle lourdeur dans l'atmosphère. D'ailleurs, batteur au sein de Chimaira se révèle être un exercice de sportif tant le tempo est rapide. Par endroits, les riffs de guitares lead, assurés par Emil Werstler , empiètent sur le domaine heavy métal. Mais le gaillard n'est pas seul à la six cordes ; son compère rythmique, Matt Szlatcha, le complète à la perfection. Il y a même quelques intonations Zakk Wyldienne dans certains passages, surtout dans Spineless . On peut se rendre compte qu'ils sont soumis à diverses influences car on ne peut occulter le côté Pantera de leurs compositions originales. Néanmoins, ce qui est prédominant c'est le côté hardcore, surtout porté par le chant âpre et guttural, bien maitrisé, de Mark Hunter . Ici, aucun chant clair ne pointe le bout de son pif, si ce n'est avec parcimonie. Bien que Chimaira soit un groupe à gros son, il n'empêche que, par moments, ils savent interpeller par leur goût de l'inattendu. C'est bel et bien le cas sur Kings of the Shadow World où ils intègrent une ligne de claviers exécutée par Sean Zatorsky placée à bon escient. A noter, un moment fort dans ce nouveau bébé chimérique : en milieu de galette se situe Transmigration , titre beaucoup moins énervé que ces prédécesseurs, ce qui permet à nos esgourdes de faire une petite pause non négligeable. Effectivement, par le biais de cette petite merveille instrumentale arrivant à point nommé, ils nous prouvent qu'ils jouent sur les émotions et les différentes ambiances musicales. C'est une accalmie de courte durée avant que les munitions ne soient de retour sur le titre éponyme, Crown of Phantoms . Il n'empêche que Wrapped in Violence est rempli de hargne. D'ailleurs, le titre ne laisse aucun doute sur le sujet. Le refrain est à grand renfort de slogan contre la nation et pourrait même être repris dans des manif'. Autant dire qu'ils s'impliquent à fond dans leur projet.

En tout et pour tout, Crown of Phantoms dépote à donf' et nous donne envie de headbanguer durant 44 minutes. Si vous êtes d'humeur revendicatrice, vous serez amplement servis. En tout cas, nous sommes en présence d'un album fracassant, brut de décoffrage et surtout explosif. Maintenant, c'est à vous de soulever la Machine !

Le site : http://www.chimaira.com/

Alicia FIORUCCI
retrouve les chroniques d'Alicia sur le blog Rocking In A free World

 


© essgraphics 2011