: Ecoute ULTRAROCK en live sur ton ordi
ou sur les ondes de la radio RGB 99.2
Tu as manqué les dernières émissions ?
Pas de problème ; le replay est là pour toi !
 
 
 








FM "Rockville"




F M
Rockville
Label : Riff City

Alors que le groupe FM voit poindre l'aube de ses 30 ans, UltraRock n'en a jamais encore parlé dans les pages… fichtre ! diantre ! et toute cette sorte de choses… Rassurez-vous, le preux chevalier Outcast répond présent pour réparer cette injustice et, accessoirement protéger toute veuve et orphelin que vous pourriez avoir. La version moins glamour, c'est juste que la promo nous envoie « Rockville », leur tout de même 7 e galette. Alors, mieux vaut tard que jamais, quelques mots sur un grand groupe petitement exposé :

FM est né en cette belle année métallique 1984, de la réunion de Steve et Chris Overland d'une part, guitaristes frères et rejetons de Wildlife, et de Merv Goldsworthy et Pete Jupp d'autre part, section rythmique de Samson (Pete ayant participé à Wildlife également, it's a small world), complétés du claviériste Philip Manchester. Leur premier album, paru deux ans plus tard, est connu des fans de Maiden par la présence de « That Girl », co-écrite par Andy Barnett, grand ami et collaborateur d'Adrian Smith, et qui les rejoindra pour leur 3 e album. Les deux suivants sortiront avec deux claviéristes différents, puis ça sera le blackout jusqu'en 2007, année d'une reformation inattendue. « Metropolis » sort un peu plus tard, puis Andy Barnett cède sa place à Jim Kirkpatrick, rencontré par Steve au cours de sa carrière solo.

Voilà pour l'histoire. Maintenant, qu'en est-il de « Rockville » ? Que vous connaissiez ou non le groupe, vous ne vous attendez évidement pas à une quelconque révolution stylistique de la part d'une formation FM en plein XXIe siècle, et vous avez bigrement raison. En revanche, vous êtes en droit de vous attendre à du bon de la part de gars avec autant de bouteille et, sur ce point, vous ne serez pas tant déçus que ça : d'abord, Steve Overland est un grand vocaliste, un très grand. Son timbre est chaud, vibrant, et s'approfondit avec l'âge. Ensuite, Kirkpatrick, s'il n'appartient pas à la même génération, a le mordant qu'il faut pour contrebalancer le son hautement mélodique de ses compères, auquel s'ajoute cette dose d'humilité rendant sa présence suffisamment discrète. Tout est dans l'équilibre, le long de ces onze titres.

Et l'équilibre, n'est-ce pas la recette indispensable à ce genre sans cela voué à la disparition ? Le FM est né du mariage de la mélodie à la chaleur vocale, et ne tient que par ça. Ce groupe, lui, est né de la collaboration d'un chanteur hors pair et d'un auteur au sens mélodique hautement affiné ; s'approprier le nom du genre pour leur groupe n'était pas usurpé. Quasiment 30 ans plus tard, on ne peut plus parler de chefs de file, mais reste le savoir-faire et, encore une fois, ce sens inné de l'équilibre.

L'équilibre est également stylistique, le groupe tenant à déborder un peu de tous les côtés, oh certes sans sortir de son propos mais en ajoutant un petit côté américain, un petit côté 90s ailleurs… la seule constante restant cette complémentarité entre la chaleur vocale et l'incisivité des guitares. Par rapport à « Metropolis » noterons-nous juste, Steve adopte un ton quelque peu plus apaisé, et Jim, dans la même logique, se cantonne à un jeu moins pétardant que Barnett. L'éventail de styles est plus large comme je disais, mais également recentré sur une colonne vertébrale plus linéaire, excluant de « Rockville » les quelques moments Blues de son prédécesseur. L'ensemble se tient, au final, reste cohérent, mais y perd peut-être un peu l'éclat de son prédécesseur.

L'inspiration ne se tarit en revanche pas, et les sessions ont donné matière à un second disque baptisé « Rockville II », proposé à leur fan-club en ligne mais que le groupe songerait sérieusement à proposer à la vente au même titre que celui-ci devant son succès… Autre chantier : un DVD consacré à leur premier album actuellement joué sur scène dans son intégralité, complété d'un documentaire sur sa genèse… La reformation du groupe était déjà inespérée en 2007, son retour discographique également en 2010, et j'ajouterais qu'une activité aussi soutenue trois ans plus tard l'est tout autant, baisse de qualité ou non pour ce « Rockville ».

Le site : www.fmofficial.com  + myspace.com/fmukrock

the_outcast


 

© essgraphics 2011