: Ecoute ULTRAROCK en live sur ton ordi
ou sur les ondes de la radio RGB 99.2
 
 
   









GHOST B.C. " Infestissumam "





GHOST B.C.
Infestissumam
Label :

Comment réussir son deuxième album quand son premier s'appelait Opus Eponymous , qu'il nous a accordé les faveurs de personnes telles que Phil Anselmo, James Hetfield, Trivium, ou encore Dave Grohl et qu'il nous a permis de devenir l'une des sensations du moment sur la scène dite extrême ? Le pari était risqué, Ghost l'a réalisé sans s'en formaliser. Cependant, la première écoute peut déstabiliser. En effet, s'il y a trois ans, le groupe des Nameless Ghouls était arrivé sur la scène Occult Rock avec un album certes très influencé par les productions rock psyché des années 60/70, mais qui, à côté de ça, était plus malsain qu'une bonne partie des productions Black actuel, en 2013, Ghost a mis de l'eau dans son vin en mettant de la Pop dans sa musique, et nous livre un album beaucoup plus accessible, très influencé par les Beach Boys ou Procol Harum. Du coup, que penser de ce léger virage ? Première option : trouver que le succès ne réussit pas à Ghost, que leur musique est devenue trop Overground. Deuxième option, beaucoup plus plaisante et intéressante : si Papus Emeritus II et les Nameless Ghouls sont là pour incarner la parole de l'Antechrist (l'album est censé narrer son arrivée sur Terre), il est donc logique qu'ils veuillent que le message se propage au plus grand nombre et, pour cela, quoi de mieux que de servir au peuple une musique remplie de mélodie Pop tout en accueillant à bras ouvert les démons ? Cependant, l'album demeure malsain, mais de manière beaucoup plus subtile et soulignée que pour le précédent Opus car, si le premier album provoquait une vibration étrange et dérangeante qu'il fallait ressentir plus d'une fois pour l'apprécier, Infestissumam, lui, se ressent directement et pousse aux vices et aux péchés, principalement ceux de la chaire, la voix, toujours plus ou moins susurrée de Papus Emeritus sur les mélodies psychédéliques de morceaux comme Ghuleh/Zombie Queen ou bien Monstrance Clock (esprit du Moog es-tu là ?), étant chargée d'énergie sexuelle et donnant une furieuse envie d'écouter l'album en charmante compagnie. Ghost nous livre donc un album pop, psychédélique, sexuel… qui ravira les fans de musiques occultes, et s'inscrit, à l'heure où The Devil's Blood is no more , comme le fer de lance de cette nouvelle vague de Rock démoniaque venue du froid.

Le site : http://www.infestissumam.com/

Jack




© essgraphics 2011