: Ecoute ULTRAROCK en live sur ton ordi
ou sur les ondes de la radio RGB 99.2
 
 
   









QUEENS OF THE STONE AGE "…Like Clockwork "





QUEENS OF THE STONE AGE
…Like Clockwork
Label : Matador Records

Attendu par bon nombre, le 6 ème album de QOTSA, « …Like Clockwork » arrive (un peu plus tard que prévu) avec quelques changements à la clef : un nouveau batteur et un nouveau label. Le groupe n'a rien à prouver et a su, jusqu'à présent, sortir des albums qui ne se ressemblent pas. Souvent décrit à tort comme un groupe de stoner rock, QOTSA évolue dans sa propre sphère, très marquée par les 70's au sens large, pas seulement par le hard rock de l'époque. A noter : une pochette assez sobre, à dominante rouge (telle celle de Songs for the deaf, 3 ème opus du groupe) avec, cette fois-ci, 2 personnages enlacés dans une cape (un couple dont l'homme semble vampiriser sa compagne).

Il est des groupes dont on attend parfois plus que d'autres, tant on a pu les aduler ou, du moins, les mystifier… QOTSA en fait partie et, même si je n'avais pas de réel préjugé sur ce nouveau disque (le précédent Era Vulgaris m'avait passablement déçu, malgré 3 excellents morceaux), je savais que ce nouvel album apporterait au moins de la nouveauté musicale. A la 1 ère écoute de l'album, l'impression que le chant a pris le pas sur la musique, laquelle, si elle est moins en avant n'est pas inconsistante, loin de là, porte la voix de Josh Homme, bien plus que par le passé. Ce dernier avait annoncé, bien avant d'entrer en studio, que le prochain album serait plus bluesy que ses prédécesseurs. Le blues n'est pas une musique joyeuse et l'atmosphère de l'album ne l'est pas plus. Attention, il ne s'agit pas d'un album de blues, ne vous méprenez pas, on parle içi de l'approche musicale et d'un état d'esprit.

Il n'est pas question, sur ce disque, de titres aux riffs ravageurs tel un No One Knows, Litte Sister ou bien The Lost Art of Keeping a Secret, dommage pour certains, mais de sombres et doux refrains accrocheurs sonnent à merveille.

…Like Clockwork paraît plus introspectif, moins varié au niveau des thèmes musicaux et demande plusieurs écoutes avant de « s'emballer » pour de bon. Le chant, la voix de Josh Homme, sonnent et enjolivent les morceaux à merveille (l'émotion ressentie n'en est que magnifiée). Le sieur Homme module plus que jamais ses cordes vocales pour nuancer d'autant mieux les ambiances sombres des morceaux.

On retrouve des invités dont Dave Grohl au poste de batteur sur quelques morceaux, Nick Oliveri, ancien bassiste et chanteur, Alain Johannes, Mark Lanegan, Trent Reznor et même, étonnant, Elton John !

Si vous êtes déçu à la première écoute, prenez la peine de réécouter plus attentivement cet album, peut être pas le meilleur sorti à ce jour par QOTSA, mais un album personnel et qui marque un nouveau tournant, sans doute, dans la carrière du groupe.

Le site : www.qotsa.com

Pierre VFP




© essgraphics 2011