Ecoute ULTRAROCK en live sur ton ordi
ou sur les ondes de la radio RGB 99.2
Ecoute les émissions en Replay !
                                                         



EDGUY
" Space Police Defenders Of The Crown"



 



E D G U Y
Space Police Defenders Of The Crown
Label :

Edguy, qui officie depuis le début des années 90 avec, à sa tête, l'inimitable Tobias Sammet et sa signature vocale particulière, revient sur le devant de la scène avec un dixième album studio, Space Police Defenders Of The Crown .

Annoncé comme un digne successeur de Hellfire Club, sorti 10 ans plus tôt, il tient ses promesses. Dès le premier riff, Sabre & Torch ne manque pas de rappeler un titre d'Hellfire Club : Mysteria . Le second morceau, Space Police , est dans un style un peu différent avec une ambiance futuriste (comme l'artwork de la pochette), des effets de voix et surtout un refrain entêtant. Mais pas aussi entêtant que celui de Defenders Of The Crown, répété à outrance jusqu'à ce qu'il soit impossible de ne pas le reprendre en chur.

Qu'on aime ou pas le côté second degré d'Edguy, difficile de ne pas sourire en entendant les ronronnements qui servent d'intro au morceau Love Tyger , qui d'ailleurs rappelle Lavatory Love Machine de Hellfire Club (encore un). Il a un côté glam et très années 80, comme la pochette de l'album. L'autre surprise est la reprise de Rock Me Amadeus de l'Autrichien Falco, plus connu dans les années 80 pour son tube Der Kommissar . Le chant Rap de Tobias (et de l'original) est complètement en décalage avec le style musical mais finalement, il reste cohérent avec le reste de l'album.

Realms Of Baba Yaga est aussi un très bon morceau qui nous promène musicalement, mais pas autant que The Eternal Wayfarer , véritable voyage musical. Il commence en douceur avant de littéralement exploser lors du refrain. C'est le bouquet final puisqu'il conclut la version standard de l'album.

Il y a quand même d'autres titres qui s'avèrent un peu moyens par rapport au reste, notamment Shadow Eater qui, bien que très bon, peine à se démarquer. De même pour Alone In Myself , une ballade fort sympathique mais sans plus, ou Do me like A Caveman dont les parties de synthé ne suffisent pas à convaincre.

Sur l'édition Deluxe, il y a d'autres surprises après The Eternal Wayfarer , comme une version progressive de Space Police , 4 versions instrumentales Space Police , Love Tyger , Defenders Of The Crown et Do Me Like A Caveman . On n'oublie pas non plus les deux autres titres : England , une ballade à propos de l'Angleterre, patrie des Beattles, de Def Leppard mais aussi de Steve Harris. C'est un morceau un peu décalé entre les paroles second degré et la mélodie presque mélancolique. L'autre morceau, Aychim in Hysteria est une sorte de tribute au groupe Def Leppard et à leur période Hysteria .

Edguy nous propose un album qui fera un peu oublier ceux qui ont suivi Hellfire Club jusqu'à aujourd'hui, y compris le dernier album d'Avantasia. Tobias Sammet se lâche un peu plus et nous sert un mélange de Hellfire Club et Rocket Ride, bourré d'autodérision et de heavy metal propre au groupe. Il nous offre également une sacrée prestation vocale, n'hésitant pas à monter dans les aigus, comme sur Space Police .

Le site : www.edguy.net

Alphir