Ecoute ULTRAROCK en live sur ton ordi
ou sur les ondes de la radio RGB 99.2
Ecoute les émissions en Replay !
                                                         



LIV KRISTINE "Vervain"


 



LIV KRISTINE
Vervain
Label :

Liv Kristine a une carrière et un CV extrêmement longs (je vous invite à consulter sa discographie complète sur son site) notamment lors des beaux jours de Theater Of Tragedy et aujourd'hui avec Leave's Eyes (joli jeu de mots, tentons d'être aussi bon dans cette chronique).

Elle revient ainsi quasiment chaque année en solo ou en groupe pour combler tous ses fans (ou prétendants) qui s'ennuient toute l'année dans leurs vies monotones en attendant que Liv e' r'vienne…

En voyant la pochette et le nom de l'album Vervain , je me suis dit que Liv, vers vingt ans de carrière, allait s'essayer à de la musique un peu jazzy et j'étais curieux. Fausse route : on est ici en terrain très (trop) connu pour notre amie Liv !

Elle a dû ressortir ses vieux Michel Delpech Mode et ses vieux… Theater Of Tragedy , c'est vraiment flagrant sur le deuxième morceau où une voix masculine vient nous rappeler qu'Aegis , à l'époque, avait vraiment créé quelque chose de nouveau… il y a vingt ans…

On retrouve donc, sur Vervain , beaucoup de sons très eighties et des boucles « modernes » à l'ancienne. Pas de (ver)veine, je ne suis vraiment pas fan de ce type de sons datés et kitchs. J'avais déjà du mal à l'époque alors, en 2014... Le début de «  Hunters  » est une torture à ce niveau. Heureusement que le refrain est un des meilleurs de l'album.

Ensuite, pour moi, le plus gros problème est le mixage (ou le mastering) : dès le premier morceau, la surcompression aplatit tout. Quand une ligne de guitare mélodique seule a autant, voire plus, de patate que quand le mur de grattes rentre, ça agace. On aimerait se prendre une grande claque dans la gueule (Allez oui, Liv, frappe-moi !) et puis non ! Le morceau n'est pas mauvais mais manque de relief et ce constat est valable pour tout l'album où les voix de Liv, douces ou envoyées, restent sur le même plan tout du long. Est-ce sa façon de chanter ?

Sur un «  Lotus  », plus en douceur, on devrait ressentir toutes les subtilités mais, là encore, tout est au même niveau. Et ce sera comme ça sur tout l'album, que ce soit du Vervain underground («  Creepers » ) ou du Vervain Revolver (« Hunters »), on aimerait plus de vagues, d'accidents et de dynamique. C'est frustrant. Avec un meilleur mix, un meilleur équilibre des voix, l'ensemble aurait pu être bien meilleur, car il y a de bonnes choses ici.

Par exemple, sur «  Stronghold of Angels  », la présence de Doro amène enfin du relief vocal à ce disque avec son grain unique et l'on se rend compte que Liv pêche là où Doro prêche en amenant beaucoup d'émotions et de cœur à ce paysage où même les gimmicks et arrangements sont mixés à la cave. Dommage, il y en a des sympas… Parler de cave me donne envie d'un peu de vin et d'onirisme… Et, car je t'aime bien Liv, voici quelques mots pour toi :

Chère Liv,

    Si je devais ici faire mon Paul Vervaine,

    Si je devais ici boire un peu de ton vin,

    Si je devais écrire quelques vers en vain,

    Et donner des conseils, sans trop faire de peine…

    Je dirais va chercher dans le fond de tes veines…

    Livide Liv offre nous donc plutôt ta lie

    Et des morceaux aux mélodies que l'on retienne…

    En lieu et place de ce lit de litanie

Ô Liv, ton noyau de fans va-t-il s'étendre ou se briser ? Wait and see.

Peu importe le flacon pourvu que Liv reste ? Peut-être, mais il va falloir mieux s'entourer… A l'année prochaine !

Le site : http://www.livkristine.de/

Joh