Ecoute ULTRAROCK en live sur ton ordi
ou sur les ondes de la radio RGB 99.2
Ecoute les émissions en Replay !
                                                         



MASSIVE "Full Throttle"


 



M A S S I V E

Full Throttle

Label :

Attention, attention ... Si cette liste de skeud : « Dangerous toys - Hellacious acres et Dangerous toys, Bang Tango - Dancin' on coals, Guns n' roses - appetite for destruction et Lies, Junkyard - Junkyard et Sixes, sevens and nines, Faster Pussycat - Wake me when it's over, L.A - Guns - L.A - Guns, Skid Row - slave to the grind, Johnny Crash - Johnny Crash, Disneyland after dark - Non fuel left for the pilgrims et Riskin' it all, Etc ... » vous interpelle et vous donne envie de ressortir vos santiags, votre jean déchiré et de dépoussiérer votre gratte en carton, cet album est pour vous !

Soyons clairs, mis à part le son qui est plus pêchu (nous sommes quand-même en 2014), Massive nous ramène en deux temps trois mouvements à la fin des années 80. En effet, les quatre jeunots, tout droit venus de Melbourne, ont totalement ingéré et digéré ce qui se faisait de meilleur à l'époque en terme de hard rock et nous sortent un sans-faute avec ce premier album.

Les australiens reprennent simplement le flambeau d'une scène éteinte, voire oubliée, ce qui fait d'ailleurs leur originalité. A vrai dire, je pensais ce temps bel et bien révolu et cela me semblait plus que normal, comme on dit, à chacun son époque. Mais là, tout y est : l'énergie, la fougue, les gimmicks, la cloche de Steven Adler, la sueur, la bière qui dégouline, les mélodies accrocheuses et les riffs qui donnent envie de taper du pied. Dès lors, si l'on est sensible à ces sonorités d'antan, on accroche tout de suite, on y revient assez vite et l'on finit par le passer en boucle.

L'héritage des grands frères est évidemment plus que perceptible. Par exemple le riff de “Lacey”, ne sera pas sans vous rappeler “Move to the city” de Guns n' Roses et d'autres passages vous feront penser aux oncles AC/DC et Aerosmith. D'ailleurs, la version bonus est agrémentée d'une reprise de ces deux formations, ainsi que de deux inédits.

Donc, au risque de me répéter, Massive n'a pas la prétention d'être original mais il fait tout de même office d'ovni tant ce premier LP est exécuté avec brio et sincérité. Ce jeune groupe porte haut et fier les couleurs d'un style ringardisé avec le temps. A vrai dire, seul le refrain de la semi-ballade « Ghost » sort un peu du rang avec son côté un peu plus lisse et actuel, encore que l'on finisse aussi par l'apprécier. Titres à écouter pour vous faire une idée : « Burn the sun », « Hollywood » et « One by one ».

Bon maintenant, vous savez ce qu'il vous reste à faire : foncer chez votre disquaire préféré (ça existe encore ?) pour vous offrir le vinyle, bien sûr !

Le site : http://www.massiveoz.com/

Vic De Sable