Ecoute ULTRAROCK en live sur ton ordi
ou sur les ondes de la radio RGB 99.2
Ecoute les émissions en Replay !
                                                         



NICKELBACK
"No Fixed Address"


 



N I C K E L B A C K

No Fixed Address

Label : Republic Records

Le groupe canadien que tout le monde connait au moins au travers de son morceau phare “How You Remind Me” sort cette année son huitième album studio, “No Fixed Address”, nommé de la sorte puisque les canadiens ont visiblement enregistré l'opus dans tout plein d'endroits du monde. Il parait trois ans après un « Here And Now » aux critiques mitigées, l'ensemble de l'auditoire critiquant le manque de relief et le caractère très linéaire des dernières productions du groupe. Il faut dire que, depuis leur explosion sur la scène internationale en 2001 avec leur tube que je cite un peu plus haut (oui, oui, 2001. 13 ans…et une bonne claque pour vos rêves de jeunesse éternelle !), Chad Kroeger et sa bande quasi-inchangée depuis surfaient allègrement sur cette vague de renommée qui ne les lâchera plus durant de nombreuses années.

Et pourtant, tout s'essouffle un jour ou l'autre. Et Nickelback semble en avoir pris pleinement conscience cette fois-ci. Leur récent changement de label est-il un pur hasard de calendrier (Roadrunner Records -> Republic Records) ?

Quoi qu'il en soit, cette volonté de renouveau se traduit également très concrètement au travers des onze pistes que contient cet opus.

Alors, certes, ne vous attendez pas à ce que Nickelback ait tout chamboulé d'un coup et se mette au dubstep. Leur premier single « Edge Of A Revolution », appuyé juste comme il faut par des riffs puissants et une batterie en mid-tempo, fait mouche comme toujours. Le timbre de Chad Kroeger, toujours aussi percutant, apporte la touche Nickelback à un morceau typé Nü Metal (enfin… dans ce qu'il y a de plus soft tout de même) qui vous chatouillera agréablement les esgourdes (jetez également une oreille à « Get Em Up » et « Believe »). De même, les ballades particulièrement efficaces qui les ont fait connaitre du grand public restent légion, et « Satellite » se place comme le représentant du genre sur ce disque-ci.

Mais, une fois ces arguments de vente bien mis en place, Nickelback s'essaie à quelques expérimentations plus ou moins heureuses. Pour faire taire les critiques d'immobilisme ? Ou dans une vraie attitude de recherche musicale ? Difficile à dire, parce que le groupe n'est pas allé au bout de sa démarche, et c'est un peu ce qui rend le résultat décevant. Au milieu de titres très classiques, agréables à l'écoute, mais loin de la transcendance, Nickelback craque.

« Million Miles Away » et ses effets « dégueulasses » sur la voix de Kroeger (pas trouvé de terme plus fidèle et moins grossier pour qualifier ça), ce timbre qui est pourtant LE pivot central de la réussite du groupe. Je ne sais pas ce qui leur a pris de donner l'impression que le canadien chante à moitié immergé dans sa baignoire, mais le rendu n'est clairement pas bon, dommage… Surtout pour le PREMIER titre de l'album…

Heureusement, les quelques effets sonores tentés ne sont pas toujours sans charme. La note synthétique de « What Are You Waiting For » apporte réellement un petit quelque chose sans dénaturer la musique de Nickelback. De même, l'ambiance plus moderne, presque typée 30 Seconds To Mars de « The Hammer's Comin Down » ne leur va pas si mal, contre toute attente.

Par contre… Pardon mais le morceau de pot-pourri (pop pourrie… ok, je sors) « She Keeps Me Up », ambiance drague à deux balles, accompagnement vocal d'une donzelle à la voix chaude et sexy (Note de Lulu, relectrice d'Ultrarock : il me semble que c'est Avril Lavigne…également compagne de Chad) , non ce n'est clairement pas ce que j'attends de Nickelback. De même, « Got Me Runnin Round », feat. Flo Rida (oui oui !), quel intérêt ? Sérieusement…

Impression mitigée à l'écoute de ce huitième opus de la référence qu'est et restera Nickelback dans le monde du rock. Les fondamentaux sont biens là, et c'est tant mieux. Quelques tentatives de « modernisation » sont également présentes, et c'est tout à leur honneur de tenter des choses. Reste à trouver le bon compromis, la bonne formule, pour espérer retrouver la réussite d'antan.

Le site : www.nickelback.com

Kzaf

Toute l'année, nous recherchons des chroniqueurs ou des chroniqueuses.
C'est bénévole, c'est en français :), c'est du temps et de la rigueur.

contact : ultrarockcontact@free.fr
© essgraphics 2011