Ecoute ULTRAROCK en live sur ton ordi
ou sur les ondes de la radio RGB 99.2
Ecoute les émissions en Replay !







                                                         



THE LAST EMBRACE "Essentia"





THE LAST EMBRACE
Essentia
Label : Longfellow Deeds

The Last Embrace distille sa musique Atmo/Ambiante depuis quinze ans maintenant… Petit retour sur leur parcours : nés sous l'impulsion de leur guitariste Olivier, ils ont depuis proposé un EP en 2003 puis, avec leur vocaliste actuelle, Sandy, les albums « Inside », en 2006 et « Aerial », en 2009. Un parcours également émaillé de collaborations récurrentes (Vincent Vercaigne de Uze, Mick Moss d'Antimatter) et de belles premières parties (The Gathering, les frères Cavanagh, pour ne citer que les plus révélatrices), mais quelque peu ralenti en 2011 par un changement de batteur et la perte de leur second guitariste. Ceci dit, dans le même temps, le groupe faisait apparaître un quatuor à cordes sur « Aerial », donnait un showcase acoustique en 2009 et un concert acoustique l'année suivante, puis s'embarquait dans une mini-tournée acoustique en 2011… En attendant donc le prochain album électrique, ils s'embarquent assez logiquement dans l'enregistrement d'un EP acoustique, qui deviendra assez vite cet album, « Essentia ».

« Essentia » est constitué de trois titres de « Inside » et quatre de « Aerial », réarrangés acoustiquement, donc, complétés de deux courtes nouvelles plages et une reprise de Portishead. Instrumentalement, c'est assez bien vu : on mise sur des arrangements « traditionnels », évoquant peut-être ce que peut faire un Gathering lorsqu'ils réarrangent leurs propres titres. Cela permet à certaines influences peu évidentes de se révéler, des influences purement Folk, ou alors Folk Rock : Le Led Zeppelin du III, Fairport Convention ou Family (sur « Inside »), Kansas (à qui j'attribue la légèreté de « Precious bond »)… Et cela fonctionne formidablement. Tout est fin, rien n'est de trop, et la sensibilité remonte généralement à fleur de peau. Les claviers sont habiles et très discrets, les guitares légères, parfois dans l'esprit 70s… Il en va de même des percussions et l'on se retrouve avec une trame sonore extrêmement aérée, sur laquelle Sandy ne pousse pas sa voix non plus. Avec doigté, la dynamique parvient à ressortir et ne se fait jamais lassante… Sur dix titres enchaînés, ce n'était pas évident.

Les deux nouveaux titres s'insèrent à merveille, particulièrement l'éponyme qu'on jurerait avoir été écrit comme intro à « Inside » qu'il précède très habilement… « Switch on » fait, lui, plus référence aux influences évidentes de la formation (The Gathering et Anathema en tête). Quant à la reprise de « Roads », très pianistique, elle n'apporte pas forcément grand-chose mais se marie parfaitement avec le reste de l'album. On a au final un album équilibré, extrêmement frais, toujours prenant, pour lequel j'avoue avoir ressenti un petit coup de cœur. Les « à côtés » ne sont pas toujours passionnants dans une discographie, mais il se pourrait fort bien que je ressorte « Essentia » aussi souvent que ses grands frères électriques.

Le site : www.thelastembrace.fr  + myspace.com/thelastembracefr

the_outcast



© essgraphics 2011