Ecoute ULTRAROCK en live sur ton ordi
ou sur les ondes de la radio RGB 99.2
Ecoute les émissions en Replay !
                                                         



UDO "Decadent"


 



U D O

Decadent

AFM Records

Quelle productivité, le père Udo Dirkschneider ! Même pas six mois après le live à Moscou, voilà que notre icône du métal teuton remet le recouvert avec sa nouvelle cuvée 2015, j'ai nommé « Decadent ».

On ne sais pas comment aborder un opus de sieur Udo, car on n'est pas toujours sûr de tomber sur un grand cru. Rassurez-vous, la formule s'applique à, globalement, tous les groupes ayant un nombre conséquent d'albums, quel que soit le style pratiqué.

L'album démarre fort avec un brûlot très acceptable « Speeder », un morceau bien rentre-dedans qui va droit au but et qui nous promet un album bien teutonnic steel - comment est-ce que cela pourrait en être autrement, avec le bonhomme ?

Le pétage de cou en règle continue avec le très bon « Decadent » au refrain qui fait mouche et faisant tapoter clairement du pied, suivi par le « House of Fake » à la rythmique en béton armé, aidée par un gros riff bien mortel.

Les biens sympathiques « Pain », « Under your skin », « Untouchable » proposent, quant à eux, du très bon UDO, bien inspiré. D'ailleurs, ça faisait un bail qu'on n'avait pas eu des compositions aussi sympathiques de la part des allemands, ça me ramènerait même du coté des albums Mean Machine et Animal House.

Vous voulez des hymnes ? Le nain hurleur a pensé à vous avec son jouissif « Rebel of the night » qui met, dès les premiers accords, tout le monde d'accord c'est clair qu'en live, ça va le faire « Untouchable » aussi fait très mal avec son refrain fédérateur.

Un album d'UDO ne serait pas un album d'UDO sans la ballade qui va bien, et c'est la plus que correcte « Secrets in paradise » qui s'y colle. Je ne dirais pas « excellente » car on a entendu mieux, mais on a eu aussi largement pire.

Cet opus n'est pas révolutionnaire pour un sou mais montre une légende du heavy metal en pleine forme, bien inspirée et qui, même si elle est encore loin de rattraper son retard sur ses collègues d'Accept, propose enfin un album qui, comme « Steelhammer », est intéressant sur bien des points.

L'autre point où le groupe a fait des efforts, c'est la pochette : ça faisait longtemps qu'on n'avait pas eu une pochette aussi sympathique du père Udo, la dernière vraiment bien devant être celle d'Holy et ça remonte quand même à 2000.

UDO est en forme et il ne reste plus qu'à espérer qu'il continue sur sa lancée.

PS : le groupe sera chez nous le 5 avril au forum du Vauréal (95) avec Sister Sin, donc à ne pas rater !

Le site: http://udo-online.de

Sniper

Toute l'année, nous recherchons des chroniqueurs ou des chroniqueuses.
C'est bénévole, c'est en français :), c'est du temps et de la rigueur.

contact : ultrarockcontact@free.fr
© essgraphics 2011