Ecoute ULTRAROCK en live sur ton ordi
ou sur les ondes de la radio RGB 99.2
Ecoute les émissions en Replay !
                                                         



VANDENBERG'S MOONKINGS  "Vandenberg's Moonkings"



 



VANDENBERG'S MOONKINGS
Vanbergerg's Moonkings
Label : Mascot Records

Le genre : retour gagnant.

Vandenberg's Moonkings, c'est le retour du Hollandais Volant, ex-guitariste de Whitesnake. S'il est resté une dizaine d'années au sein du groupe de David Coverdale (ce qui est une belle performance en soi), il faut bien reconnaître qu'Adrian Vandenberg y aura brillé moins que d'autres. En 1987, il remplaçait John Sykes (remercié juste après la composition du fameux album éponyme), puis était remplacé en 1989 par Steve Vai (qui enregistra l'album Slip Of The Tongue alors que Vandenberg avait cette fois tout composé). De fait, nonobstant le très correct Restless Heart, Vandenberg aura été aux côtés de Coverdale jusqu'en 1997 et le live unplugged Starkers in Tokyo, plus un bras droit scénique qu'un compositeur marquant (à l'inverse d'un Micky Moody ou d'un Bernie Marsden).

Après une longue parenthèse consacrée à son autre talent artistique, la peinture (certains berceaux attirent les fées en troupeau), Vandenberg décide de faire son retour musical à soixante ans (même sans Photoshop© , il ne les fait pas), entouré de petits jeunes débauchés à la crèche (ce qui a déjà réussi à Glenn Hughes avec B.C.C.)

C'est ce casting qu'il convient de saluer en premier. D'abord la section rythmique - Sem Christoffel (basse) et Mart Nijen Es (batterie) - apparaît très soudée et solide : ça groove sec ! Ensuite, et surtout, Vandenberg a déniché la perle rare question frontman. Honnêtement, je n'avais rien entendu de tel depuis Jorn Lande avec Ark ! Ce Jan Hoving est non seulement excellent dans le rôle du chanteur de hard rock puissant, tant il reprend haut la main le flambeau derrière Plant, Rogers et Coverdale (qu'il parvient à évoquer sans les imiter) mais il réussit la jolie performance de sonner moderne tout en préservant ces références résolument bluesy marquées 70's. Tant dans l'esprit que dans le son, Vandenberg's Moonkings se rapproche des anglais de Thunder et Hoving m'a de suite fait penser à Danny Bowes (sur Close To You, Feel It, Leave This Town, Nothing Touches ).

Si cette nouvelle formation ne réinvente pas l'eau chaude (ni même la tiède), tout ce qu'elle propose est parfaitement composé et interprété et fera à coup sûr chanter sous la douche (même froide). Ah ! cette basse tonitruante ouvrant un Lust And Lies hyper efficace et brossé au Toniglandyl© ! C'est entraînant (on tape beaucoup du pied et attention aux cervicales !), bourré de riffs tueurs de canards et de refrains imparables. Dans toutes ses interviews Vandenberg revendique les influences d'Hendrix et de Led Zep (Close To You, One Step Behind, Leeches). J'ajoute les Faces ainsi que des touches de Kansas, Lynyrd Skynyrd (Good Thing) et d'Aerosmith période 90's (Out Of Reach). Il y a pire comme pédigrée ! Evidemment, l'ombre du Serpens Albus n'est jamais loin, Hoving modulant sa voix du rocailleux au doux tel le Coverdale de la grande époque et certaines compos semblant extraites de l'œuvre de Whitesnake (Steal Away en contrepoint à Steal Your Heart Away de Forevermore).

La galette squatte mon tourne-disque depuis que je l'ai reçue. Je n'y ai rien trouvé à jeter, aucun temps mort. Même la power ballad (Breathing) un peu obligée trouve grâce à mes yeux, avec ses sonorités à la Nickelback. Tout juste pourrais-je regretter que certains soli tombent un peu comme des cheveux sur la soupe (exemple : Close To You) mais on passera l'éponge parce qu'ils sont bons et jamais verbeux. Cerise sur le gâteau : Vandenberg est adoubé par Sir Coverdale himself, qui a posé sa voix (certes un peu fatiguée mais chargée d'émotion) sur la reprise du Sailing Ships de Whitesnake (débarrassée des fioritures clinquantes de la version originale de Slip Of The Tongue et parée de classieux arrangements de cordes du meilleur effet : une réussite).

En conclusion : les compos, classiques, sont toutes bonnes. Les zicos sont au top du groove et du feeling sans se « prendre la tête ». Un pied dans le passé, un autre prêt à fouler l'avenir et la tête au moment présent… C'est un groupe calibré pour France 3, avec « des racines et des ailes » ! Et hop ! une nouvelle entrée dans mon top 6 annuel.

P.S : " -  Il y en a un peu plus. Je vous le laisse ?
- Oui, oui, je vais le savourer en concert !" 

Le site. www.moonkingsband.com

Bouteil Bout