Ecoute ULTRAROCK en live sur ton ordi
ou sur les ondes de la radio RGB 99.2
Ecoute les émissions en Replay !






P.O.D
"The Awakening"


 



P.O.D

The Awakening 


Avec leur dixième opus, les californiens de P.O.D ( Payable On Death ) ont tenté une expérience de fond, probante sur le papier : un album concept relatant les troubles d'un homme perturbé en recherche constante de rédemption.

The Awakening  semblait donc vouloir apporter une valeur ajoutée et faire date dans la carrière du groupe…une valeur ajoutée très discutable une fois l'oreille posée sur l'opus. On s'aperçoit hélas très rapidement que ce n'est qu'à travers cette tentative de concept que ce nouvel effort apporte quelque chose. L'opus s'avère, à mon grand désespoir, particulièrement décevant au final. La galette est certes très variée, trop peut-être, même, entrecoupée de séquences narratives nous faisant rapidement perdre le fil…

L'entrée en matière avec « Am I awake » est efficace. Techniquement, les mecs se font plaisir et nous gratifient de riffs identitaires de la formation mais le soufflé retombe vite aussitôt les séquences narratives reprenant leur cours. «Rise of NWO » sort également du lot et fait le job face à un « Somebody's Trying to Kill Me » ne décollant jamais et nous laissant clairement sur un début de hochement de tête en fin de titre. « Want it all » arrive comme un cheveu sur la soupe avec ses accents pop, et l'éponyme « The Awakening », vendu comme tube de l'opus, aurait pu être amputé de moitié sans perdre de sa superbe. On notera néanmoins le featuring avec Maria Brink d'In This Moment sur le planant « Criminal Conversations » et la présence bien remarquée de Lou Koller (Sick Of It All) sur « Revolucion », tirant son épingle du jeu dans ce brouillard musical qui compose l'opus.

Côté production, Howard Benson (Skindred, Skillet, Motorhead) a fait le maximum, le son est lourd avec un basse-batterie efficace mais n'arrive pas à sauver l'ensemble qui est objectivement très pénible à suivre. Quel dommage ! Après un Murdered Love (2012) que je continue de savourer avec la même ardeur, on attendra l'éventuel venue du groupe en France pour se faire une opinion du résultat en live.

Je ne vous lâche pas les gars, mais rachetez-vous une conduite sur le prochain opus !

Simon



Toute l'année, nous recherchons des chroniqueurs ou des chroniqueuses.
Tenté ?

contact : ultrarockcontact@free.fr