Ecoute ULTRAROCK en live sur ton ordi
ou sur les ondes de la radio RGB 99.2
Ecoute les émissions en Replay !





MEGADETH
"Dystopia
"

 



MEGADETH

Dystopia

Tradecraft

Megadeth est aussi célèbre pour son rôle de pionnier du Thrash Metal que pour ses changements de line up. Et c'est avec deux nouveaux musiciens que Dave Mustaine a décidé d'enregistrer son nouvel album, « Dystopia ». En effet, c'est Kiko Loureiro (Angra) et Chris Adler (Lamb Of God) qui officient aujourd'hui dans le groupe, suite aux départs de Chris Broderick et Shawn Drover. Première observation : l'artwork est bien meilleur que celui de « Super collider » (2013), représentant la mascotte « Vic Rattlehead » dans un univers futuriste et apocalyptique aux couleurs très froides.

Le quinzième opus des américains démarre assez bien sur « The Threat Is Real », avec des riffs très heavy et une grosse production signée Toby Wright (Slayer). Nous sommes ici dans du Megadeth pur et dur avec des morceaux comme « Death From Within » ou « The Emperor », plus à l'image des anciens albums que de ce que le groupe a pu faire ces dernières années.

Chris Adler tient la rythmique à merveille, avec une double pédale indéracinable quand Kiko Loureiro fait, lui aussi, très fort avec un jeu à la fois mélodieux et Heavy (Post American World), tout en y ajoutant une touche latine comme sur l'instrumentale « Conquer Or Die ». Les deux six-cordistes s'accordent d'ailleurs à merveille sur des titres tels que « Bullet To The Brain » ou « Post American World », les soli harmonisés rappelant un classique tel qu' « Holy War ». C'est à partir de ce moment-là que l'album attire vraiment l'attention.

Le morceau qui fait briller les musiciens est sans aucun doute « Poisonous Shadows », avec un Mustaine moins agressif dans sa voix, une intro acoustique, des orchestrations et des rythmiques très metal et un solo assez technique, collant parfaitement à l'ambiance, un titre sortant du lot par sa richesse musicale où Kiko s'exerce aussi au piano. Le combo Thrash nous offre ici un album bien plus mélodieux que ses deux prédécesseurs. Cependant, bien que le frontman ait gardé son grain de voix agressif et hargneux, celui-ci chante dans des tonalités de plus en plus basses au fil des années, perdant ainsi ses sonorités nasillardes.

Dystopia se termine avec des chansons similaires, comprenant des refrains répétitifs, moins mélodieux, des riffs de guitares qui ne sont plus aussi accrocheurs et un chant très linéaire. Seul « The Emperor » fera remonter l'excitation, rappelant la grande époque du groupe. Le tout se clôt sur « Foreign Policy », une reprise du groupe « Fear ».

Avec une entrée et une sortie composées de morceaux assez semblables, ce quinzième opus contient cependant de très bon morceaux, avec des sonorités qui ont fait le succès du groupe et des musiciens de talent, Kiko Loureiro et Chris Adler apportant une certaine fraicheur à la formation, le tout accompagné d'une grosse production américaine. Avec Dystopia, Megadeth ne révolutionne rien mais sort l'une de ses meilleure œuvres depuis quelques années, un album convainquant mais sans réel « hit » capable de rivaliser avec les classiques du groupe.

Top 5: « Poisonous Shadows », « Post American World », « Conquer Or Die », « Bullet To The Brain », « The Emperor »

Le site: http://www.megadeth.com/

Stone.



 





ULTRAROCK
13 av. Charles De Gaulle
Escalier D
78230 Le Pecq

ultrarockcontact@free.fr


Toute l'année, nous recherchons
des chroniqueurs ou des chroniqueuses
pour le site, tenté ?

© essgraphics 2011