Ecoute ULTRAROCK en live sur ton ordi
ou sur les ondes de la radio RGB 99.2
Ecoute les émissions en Replay !






PRIMAL FEAR
"Rulebreaker"


 



PRIMAL FEAR

Rulebreaker

Frontiers Records

Les allemands de Primal Fear sont décidément ultra productifs : deux ans après le dernier album en date, « Delivering the black », qui était déjà fort sympathique, voici « Rulebreaker ».

Primal Fear ne serait pas Primal Fear sans son changement de line up traditionnel. Cette fois, c'est Tom Naumann qui est revenu au bercail (il a déjà joué dans le groupe à deux reprises) ainsi que l'ancien cogneur de chez UDO, Francesco Jovino, qui prend donc la place du batteur, Randy Black ayant quitté le navire et l'ex Angra n'ayant pas fait long feu au sein de la formation.

C'est donc un Primal Fear à trois guitares qui va nous offrir notre grosse dose de pure teutonnic steel avec toujours cette forte influence du Priest qui plane. « Angel of Mercy » démarre les hostilités avec un Mr propre au sommet de son art ; c'est vrai que Ralf a toujours été au top, le type de vocaliste n'ayant jamais commis, vocalement parlant, aucun faux pas.

La distribution de mandales continue avec « The end is near », un autre morceau heavy bien puissant dans la tradition des morceaux du combo avec son lot de double grosse caisse et de voix suraiguë mais toutefois en peu plus moderne, question sonorités.

Un album de PF sans hymne au refrain simple, ultra efficace et qui fait mouche, ça n'existe pas ! Cette fois, c'est « In metal we trust » qui est au programme et, pas de soucis, ça va cartonner bien comme il faut en live et faire très mal aux cervicales ainsi qu'aux cordes vocales !


Autre gros morceau de bravoure : le symphonique « We walk without fear » qui dure plus de dix minutes et qui est juste magnifique, dans un esprit quasi similaire à « One night in december » sur le précédent opus « Delivering the black », mais en bien plus long.

Chose habituelle chez PF : la ballade… Les allemands nous offrent cette fois « The sky is burning », avec ce petit coté power pas désagréable du tout.

Les autres morceaux, quant à eux, passent aussi comme une lettre à la Poste.

La pochette est classique, avec l'aigle en gros plan, et la production est en béton armé, comme d'habitude, me direz-vous, on ne change décidément pas une équipe qui gagne.

Pour conclure, ce nouvel opus de Primal Fear est excellent et prouve la bonne santé question créativité de Mat Sinner and co.

Le site : http://www.primalfear.de/

Sniper

 



Toute l'année, nous recherchons des chroniqueurs ou des chroniqueuses.
Tenté ?

contact : ultrarockcontact@free.fr