Ecoute ULTRAROCK en live sur ton ordi
ou sur les ondes de la radio RGB 99.2
Ecoute les émissions en Replay !





RECKLESS LOVE
"Invader
"

 



RECKLESS LOVE

Invader


Reckless Love est aujourd’hui un groupe majeur sur la scène Glam/Sleaze. Connus pour leurs refrains accrocheurs et leur image kitsch à souhait, les finlandais ont sorti leur quatrième album en mars 2016. La pochette des plus soignées, représentant Olli Herman (Chant), Pepe (Guitare), Jalle Verne (Basse) et Hessu Maxx (Batterie) en vue plongeante, est, de loin, la plus artistique et la plus sobre réalisée par le groupe jusqu’ici. L’excellent « Keep It Up All Night », premier single sorti en fin d’année dernière, ne figure finalement pas sur le disque et c’est avec « Monster » que Reckless Love a dévoilé au grand public sa nouvelle image, s’écartant de l’étiquette qui lui était attribuée.

« Invader » est entamé par « We Are The Weekend », un hymne rock agrémenté de cuivres et d’un son beaucoup plus moderne, à l’image de ce nouvel album. Cependant, Reckless Love n’a rien perdu de ses talents d’écriture, les structures restant simples et les refrains entêtants, la mélodie prenant le pas sur tout le reste. De nouvelles sonorités font également leur apparition, avec beaucoup d’orgues et de sons électroniques comme sur la très tribale « Hands » ou encore « Pretty Boy Swagger », sonnant comme tout droit sortie du top 50 avec un frontman s’essayant au Rap. Olli Herman chante d’ailleurs ici bien moins haut que sur « Animal Attraction » (2011), « Reckless Love » (2010) et « Spirit » (2013), explorant de nouvelles choses. Sa voix sonne presque agressive sur « Monster » et « Bullet Time ». Il en va de même avec Pepe qui fait ici preuve d’une palette de sons très large, avec un jeu plutôt Heavy Metal sur « Rock It » ou « Bullet Time » et flirtant avec Brian May sur « Child Of The Sun », le groupe revenant aux sources avec cette dernière, très kitsch. En revanche, si quelque chose n’a pas changé, ce sont ces paroles ultra clichées parlant de filles, de sexe et encore de filles. « Scandinavian Girls » et « Destiny » en sont le parfait exemple, avec des refrains pop à souhait, des claviers et des guitares tout droit sortis des années 80 s’alliant très bien à une chanson comme « Hot », du Reckless Love pur et dur. L’album se clôt sur « Let’s Get Cracking », rappelant le morceau « So Happy I Could Die », avec un riff rapide et une basse saturée très groovie, laissant ensuite place à une prise live du groupe interprétant « That’s How We Party » en acoustique, titre que l’on aurait aimé entendre sur une chanson entière, l’extrait étant l’une des meilleures parties d’« Invader ».

Reckless Love s’est, dans l’ensemble, écarté de l’image glam qui lui collait à la peau en essayant de nouvelles choses, mais il reste très proche de ses racines lorsqu’il s’agit de morceaux comme « Child Of The Sun », « Scandinavian Girls » ou encore « Destiny ». « Invader » n’égale pas l’excellent « Spirit » (2013) mais reste un bon album, nécessitant cependant plusieurs écoutes pour être apprécié à sa juste valeur.

Top 5: « Monster », « Child Of The Sun », « We Are The Week End », « Scandinavian Girls », »Let’s Get Cracking »

Stone.



 





ULTRAROCK
13 av. Charles De Gaulle
Escalier D
78230 Le Pecq

ultrarockcontact@free.fr


Toute l'année, nous recherchons
des chroniqueurs ou des chroniqueuses
pour le site, tenté ?

© essgraphics 2011