CHRONIQUES      INTERVIEWS      LIVE REPORTS        AGENDA       EMISSION

    
c   h   r  o   n   i   q   u   e   s
 

 
ALICE IN CHAINS Rainier Fog
En général, perdre son frontman n’est jamais chose aisée pour une formation. Mais cela est d’autant plus difficile quand c’est de manière définitive et que le frontman en question avait une voix très particulière et donc inimitable. Avril 2002, Layne Staley meurt et Jerry Cantrell, guitariste, chanteur, compositeur principal et maître du son d’Alice In chains, perd la voix qui se marie si bien avec la sienne. Le déclin avait déjà été entamé depuis quelques années, conséquence de l’état de santé du chanteur. Cantrell sortant des albums solos dans le même registre, soit de bonne facture mais avec trois petits ingrédients significatifs en moins : Inez, Kinney et surtout Staley. Et donc, le coup de grâce en 2002 qui aurait dû marquer la fin du groupe.

Courant 2006, William Duvall fait ses premières armes aux côtés de Cantrell, Kinney et Inez. 2009 sort give way to blue, Alice in Chains 2.0. C’est avec des oreilles averties que les fans du groupe accueillent Duvall qui n’a pas totalement le grain de voix de Staley mais une identité assez similaire qui se marie tout aussi bien avec la voix de Cantrell. Et, en 2011, The devil put dinosaurs here deuxième album studio de la nouvelle ère. Les albums sont bons et toujours sans concession mais le groupe n’arrive pas à retrouver la magie d’antan sur la longueur d’un album même si ils regorgent de pépites.

2018, Alice in Chains revient avec rainier fog. Et, là après quelques écoutes pour bien assimiler l’œuvre, je dois dire que c’est un grand album. Un de ceux qui peuvent traverser le temps sans encombre.

L’ère 2.0 est aujourd'hui totalement assumée. Un exact compromis entre passé et présent où chaque musicien tient sa juste place pour magnifier l’univers du groupe et donner le meilleur à chaque composition. Rainier Fog propose seulement et judicieusement dix titres extrêmement bien écrits et magnifiquement interprétés. Une production plus légère permet de distiller une douce lumière dans la noirceur. Le deuil est fait, Alice In Chains fait du Alice In Chains comme on ne s’y attendait plus.

Plus précisément, les compositions oscillent entre Dirt et l’album éponyme du groupe et ce pour notre plus grand plaisir. Duvall n'essaie définitivement pas de remplacer Staley et par cette sincérité fait que leurs timbres n’ont jamais été aussi proches. Ainsi le mariage avec la voix de Cantrell est juste parfait. Ils partagent tous deux aussi les parties de guitare qui sont tout simplement belles. Chaque note est ressentie. Ainsi Kinney et Inez s’amusent à bâtir une rythmique douce ou percutante toujours pour magnifier l’esthétique du groupe. Cantrell reste le maître à bord mais un bon nombre des titres sont co-signés. Et ironie ou pas, Duvall signe tout seul un titre qui aurait pu être sur Dirt.

Vous l'avez déjà compris, Rainier Fog est simplement beau et tout simplement indispensable au moins pour les fans du groupe mais plus largement pour les gens qui apprécient la musique.

Titres à écouter : Tous, avec une mention spéciale pour : Red giant, All i am. Fly et Never fade

Le site : https://aliceinchains.com

Vic De Sable

  © essgraphics 2011    
 
zip