CHRONIQUES      INTERVIEWS      LIVE REPORTS        AGENDA       EMISSION

    
c   h   r  o   n   i   q   u   e   s
 
 
LUCA PRINCIOTTA BAND Rough Blue
Metalville Records
Album pioché au hasard, c'est donc avec une grande impatience que j’en lance la première écoute. La surprise est totale et me confirme que le fait de s'aventurer sur des styles ou des groupes inconnus est une très bonne chose, culturellement parlant.

Ce quatuor est originaire d'Italie (fastoche !) et vous avez forcément déjà entendu Luca Princiotta car il est guitariste dans le grand groupe qu'est DORO ! Et quel guitariste ! L'album va s'adresser avant tout aux fans de gratte sous toutes ses formes, soli dévastateurs, riffs rock posés et plans blues parfaitement maitrisés, un très bon moment musical. Bien sûr, il ne pouvait s'entourer que de pointures avec, notamment, Rocco (ben quoi ?! J'ai rien dit.) Lombardi qui avait déjà participé au premier album en 2011 et qui a enregistré un nombre énorme de disques en qualité de batteur studio.

Ce disque passe comme une lettre à la poste et est bien varié au niveau des styles. En effet, quelques coupures très bluesy sont présentes, "When everything's right" en est la meilleure démonstration, très planant et une qualité de production exemplaire. On navigue entre du bien couillu (passez-moi l'expression…), un peu à la Friedman, au rock hyper posé, esprit Racer X, pour ceux qui connaissent, le tout est calé sur l'éternel duo basse-batterie qui est gros, très gros, même.

Seulement trois titres sur les dix qui composent ce Rough Blue sont chantés. Moi ça me va, non pas que Matteo Bertini chante mal, mais c'est bien, des titres instrumentaux, cela nous oblige à écouter toutes les parties musicales. L'équilibre est donc parfait et ce disque est dans la même lignée que Vis Viva sorti en 2011.

Musicalité et diversité qualifient cet album qui figure dans mes meilleurs disques de 2018.
Très belle écoute !

Le site : http://www.lucaprinciotta.com/

Iron Sooty

  © essgraphics 2011