CHRONIQUES      INTERVIEWS      LIVE REPORTS        AGENDA       EMISSION

    
c   h   r  o   n   i   q   u   e   s
 

 
HEART OF A COWARD The Disconnect
Arising Empire

The Disconnect est le quatrième album de HEART OF A COWARD, quintette britannique formé en 2009. Si jamais vous connaissiez ou étiez fan des travaux précédents du groupe, sachez que le chanteur a changé (Kaan Tasan), à vous de voir si vous préfériez l'ancien. Apparemment, ils ont aussi, pour l'occasion, changé de label et sont maintenant chez Arising Empire. En terme de genre on est dans du Djent.

A quoi avons-nous affaire ? Un disque très énervé, très sombre, au thème (l'isolement dans la conformité) qui ne prête pas à sourire. Tout l'album n'est qu'une descente dans un puits sans fond dénué de lumière. Une succession de pistes de fureur déchaînée où rien ne permettrait à l'espoir de s'inviter, si ce n'est pour que tout s'arrête définitivement, notamment avec Return to Dust , seule pause planante, dark ambiant, qui ne laisse aucun doute sur la fatalité du cheminement. Pour citer (et traduire de l'anglais) le batteur (Chris Mansbridge) " l'album traite du manque de contrôle sur votre vie, le désespoir et la colère qui en résulte, et l'impossibilité de s'y retrouver. " Tout un programme.

La production est bonne, on différencie bien les guitares, jamais de bouillie, le chant est bon entre growl léger, chant aigu légèrement saturé et chant clair, le poste est tenu correctement. Les titres manquent peut-être un peu de variété mais, quelque part, ça contribue à la sensation d'étouffement, d'oppression, que veut transmettre l'album, donc c'est un défaut relativement mineur. Toutefois, le temps passe vite : trente-sept minutes tout mouillé et la galette est terminée, ce qui n'est pas forcément un mal.

Alors c'est bien ou pas ? Oui, c'est un bon album, fait avec les tripes et l'énergie du désespoir. Attention toutefois, si vous êtes du genre dépressif ou si, en ce moment, ça ne va pas fort, soyez intelligent et gardez ça dans l'emballage pour les lendemains qui chantent un peu plus, c'est vous dire le cafard que l'écoute procure. Un bon cafard bien fait, mais un cafard quand même. Un album qu'on écoutera, qu'on oubliera, et qui se rappellera à nos bons souvenirs lorsque la vie nous fera une crasse.

Bon, après ça, passez donc un autre truc qui donne la pêche, se morfondre ça va bien cinq minutes !


Le site : https://www.facebook.com/heartofacowardofficial/

Letho


  © essgraphics 2011