Ecoute ULTRAROCK en live sur ton ordi
ou sur les ondes de la radio RGB 99.2
Ecoute les émissions en Replay !


3  D O O R S  D O W N

Propos receuillis par Chris et SImon le 8 mars 2061


Ultra Rock : Le dernier concert que vous avez fait en France a eu lieu le 06 mars 2012 au Bataclan – Paris. Comme tu dois t'en douter, certains groupes refusent toujours de venir jouer à Paris à cause des attaques terroristes du 13 novembre dernier. En tant que citoyen, avant tout, mais aussi en tant que musicien, quel est ton ressenti par rapport à la situation ? Comprends-tu que certains refusent de venir jouer à Paris tandis que d'autres poussent pour revenir très vite ?

Brad Arnolds : Je peux comprendre que certains groupes veuillent venir jouer et je peux comprendre que d'autres non, mais nous restons très ouverts, nous adorons revenir ici, et ce indépendamment des évènements dramatiques récents survenus à Paris.

UR: En 2003, 3 Doors Down a créé la Fondation “The Better Life”. Est-ce que tu peux nous en dire plus au sujet de cette fondation ? Comment fonctionne-t-elle et comment sont sélectionnées les différentes actions caritatives à mener ?

Cela fait maintenant treize ans que nous avançons avec ce projet et nous examinons minutieusement ce que nous pouvons donner par l'intermédiaire de cette fondation parce qu'il s'agit d'une association sans but lucratif, personne n'est rémunéré et tout repose sur ce que nous pouvons apporter par nos actions. Tout a commencé dans le sud du Mississippi dans notre ville natale* (près de Pascagoula) en participant à des œuvres caritatives pour les enfants et les sans-abris, et en répondant à des besoins spécifiques pour des foyers défavorisés …ce genre de choses. Au fil des ans, nous l'avons vu grandir et grandir puis s'étendre et répondre à des besoins dans les régions au nord du pays. En 2015, nous avons même fait notre première intervention internationale. Nous avons aidé un camp de réfugiés orphelins en Afrique à acheter des lits pour des enfants qui ont perdu leurs deux parents de maladies graves. Ce camp accueille et donne un foyer à ces enfants qui n'avaient vraiment nulle part où aller. Nous allons acheter d'autres lits cette année et continuer à développer ce camp et tout simplement essayer également de cibler d'autres actions en Afrique et là où le besoin se fera le plus sentir.

UR: Tous les ans 3 Doors Down fait un show pour aider à la collecte de fonds pour la fondation « The Better Life », des enchères sont faites à partir de divers objets récupérés auprès de votre réseau d'amis musiciens… Est-ce que tu pourrais nous en dire plus sur ce qui a pu être réalisé grâce à ces actions et collectes ?

Oui on nous a donné des trucs vraiment sympas… Tout le monde contribue et parfois nous faisons des échanges, nous leur envoyons des choses et ils nous en envoient d'autres en retour. Nous avons récupéré des objets vraiment sympas à mettre aux enchères. Par exemple, Charlie Daniels qui est une figure emblématique de la musique américaine, nous a envoyé un violon d'or. On a aussi des vedettes du sport qui nous ont fait parvenir des casques de football ou de baseball, des battes ou des ballons de football, plein de choses de ce genre. Nous avons donc amassé plein de trucs sympas dans le but de générer des dons qui permettront de financer ces projets humanitaires.

UR: En 2012, vous avez sorti un album “ Greatest hits” . J'ai lu sur le net que ça marquait pour toi “la fin du premier chapitre de la vie du groupe”… Etait-ce lié au départ de Matt Roberts ? Les choses seraient forcément différentes après son départ, non ?

Ce n'était pas notre intention que ça soit fait comme ça, mais c'est ce qu'il s'est passé. Avec le départ de Matt (Guitare) et Todd (Basse), c'était comme la fin d'un chapitre dans cette partie de notre carrière… Ce n'était que la fin de cette partie de chapitre. Mais maintenant il est temps pour nous de commencer un nouveau chapitre et non pas de recommencer mais juste débuter un autre morceau de l'histoire. Et nous sommes très impatients à l'idée de raconter ce nouveau bout d'histoire. Nous pensons que ça va être la meilleure partie, d'ailleurs.

UR: Vous avez accueilli deux nouveau membres respectivement en 2012 & 2013 (Chet Roberts – Guitare & Justin Biltonen - Basse). Est-ce que leur arrivée a donné une nouvelle impulsion à la création de ce nouvel album ?

Absolument. Ces gars-là ont énormément participé à l'élaboration de ce disque et nous avons réellement encouragé tout le monde à travailler sur cet album et à l'écrire tous ensemble alors que parfois, par le passé, ce n'était pas forcément le cas. Avant, le groupe au complet ne travaillait peut-être pas autant ensemble, alors que ce fut vraiment le cas avec ce disque. Chet et Justin ont définitivement ajouté une nouvelle saveur, des nouveaux riffs et ils ont amené plein d'idées différentes au groupe. Tout cela était vraiment bienvenu et ils ont fait un super travail.

UR: Comment composez/travaillez-vous? Est-ce un travail d'équipe, ou bien chacun d'entre vous travaille dans son coin une pièce du puzzle?

Je crois que c'est un peu des deux. C'est définitivement un travail d'équipe, mais je pense que lorsqu'il s'agit de lancer des idées, quelqu'un apporte un truc, « j'ai ce riff » ou encore « j'ai une phrase » ou quelque chose pour commencer le travail. Et l'idée se développe et devient comme la colonne vertébrale du titre, sa structure. Et tout le monde se met à participer et elle grandit et change jusqu'à ce qu'elle devienne finalement une chanson. Je pense que c'est une façon très sympa de travailler. Un des trucs les plus cool dans le fait d'écrire en équipe, en tant que groupe, c'est qu'au bout du compte ça ne finit jamais très exactement comme tu te l'imaginais dans ta tête, c'est toujours un peu différent. C'est vraiment ça, la partie la plus amusante.

UR: La couverture d' ”Us and the Night” est simple et très efficace par la même occasion : nous voyons le groupe au milieu d'une forêt très sombre…on peut tout imaginer … Comment définirais-tu et décrirais-tu l'atmosphère, les thèmes que vous souhaitez partager avec votre public dans “ Us and the Night ” ?

En fait c'est une atmosphère naturelle pour nous. Sur ce disque, nous avons essayé de prendre des directions différentes mais ce sera toujours du 3 Doors Down. Nous aurons toujours cette identité musicale qui nous est propre. Sauf que, cette fois-ci, nous avons voulu sortir un peu de nos habitudes… alors, d'une certaine façon, cela nous a menés ailleurs, une façon de nous renouveler pour ne pas être immédiatement reconnaissables. Je crois que nous avons réussi sur quelques-uns de ces nouveaux titres et la pochette de l'album illustre cela vraiment très bien.

Sur cette pochette nous apparaissons en tant que groupe très uni. Cela traduit le fait d'avoir du plaisir à jouer ensemble et de continuer d'avancer dans cette « lumière », celle que les médias nous donnent, bien sûr, mais surtout celle procurée par nos fans, ceux de la première heure, comme cette nouvelle génération qui nous découvre. Tout cela nous pousse à continuer jusqu'à ce qu'il n'y ait plus rien d'autre que « Us and the Night » : un titre et un univers qui collent exactement à notre ressenti, le recul que nous avons pris sur nous-mêmes avec les années.

UR: En tant que “francophones” nous devons systématiquement vérifier à deux fois vos paroles et nous sommes stupéfaits par votre habilité à traiter les sujets sombres et difficiles, parfois de façon introspective, au travers d'une mélodie tellement fraiche et puissante qui pourrait parfois nous duper sur la signification de vos chansons…Serge Gainsbourg disait: “Au-delà des mots , la mélodie Sublime l'émotion ” - Es-tu d'accord avec ça ?

Je crois que c'est le cas. Nous voulons toujours que les gens retiennent quelque chose de positif de nos chansons, même si, parfois, elles semblent un peu sombres. Nous voulons que les gens puissent s'y identifier tout en tirant quelque chose de positif de ce qui pourrait être perçu comme négatif au premier abord. La plupart du temps, la musique est écrite avant les paroles et la mélodie détermine parfois l'émotion de la chanson et la direction qu'elle prendra dans la lignée du message que nous véhiculons par nos paroles.

UR: Parlons maintenant des shows live : votre prochaine tournée US/Canadien débutera le 20 mars jusqu'en août 2016 . Planifiez-vous une tournée mondiale ou européenne ? Laisse-nous rêver STP !

Carrément. Nous espérons revenir ici vers la fin de l'année, peut-être octobre ou novembre. Idéalement, au plus vite, bien sûr. Nous espérons revenir à l'automne, juste avant que l'hiver n'arrive, histoire de réchauffer tout ce petit monde !

UR: Avec quel autre groupe ou artiste souhaiterais-tu te produire sur scène ?

C'est difficile à dire, nous avons eu la chance de jouer avec tellement de bons groupes. S'il s'agissait de venir en Europe avec un groupe, je l'ai mentionné plus tôt dans une interview… je sais que c'est un style très différent du nôtre mais j'ai toujours voulu jouer avec Megadeth (… rires). Ce serait vraiment super cool. C'est vrai, c'est un groupe totalement différent du nôtre mais nous avons tous grandi en étant des grands fans de Megadeth.

UR: Si tu avais UN bon souvenir avec 3 Doors Down à partager avec nous, sur scène ou en dehors, lequel serait-il ?

Je crois qu'un des plus beau souvenir pour moi est justement sur scène : la première fois où nous avons joué au Madison Square Garden (NYC). Nous faisions la première partie de Creed à ce moment-là, certes nous n'étions pas la tête d'affiche mais peu importe … le simple fait d'être sur cette scène… C'est l'endroit par excellence où tout le monde veut jouer alors lorsque vous vous tenez sur cette scène, vous vous dites « Wow mec, nous jouons au Madison Square Garden ! ».

Pour ce qui concerne un souvenir hors-scène, je dirais la première fois que nous avons entendu notre chanson à la radio, à l'extérieur de notre ville natale. Nous étions en route vers Albany (GA), nous venions tout juste de commencer à faire des tournées, nous étions à l'intérieur d'un van et, soudain, notre titre est passé à la radio. Je crois que nous en avons presque saccagé le van ! (…rires).

UR: La question que tout le monde se pose car on aimerait tellement avoir une idée précise de ce que tu peux ressentir lorsque tu joues face à des milliers de fans, que perçois-tu exactement ?

Tu ressens juste leur énergie et c'est très intense. Dans bien des façons différentes, c'est comme s'ils étaient tous là avec toi sur scène. Tu ne peux pas vraiment les voir mais tu peux les entendre et les sentir. Souvent tu peux même littéralement sentir la chaleur qu'ils dégagent et tu peux ressentir cette énergie impalpable. C'est indescriptible. C'est comme si tu ne faisais plus qu'un avec le public.

UR: Les derniers mots de cette interview…pourraient-ils être prononcés en français ? ;-)

Je ne connais pas du tout le français. « Merci ? » ça le fait ça ?? (…rires)

Chris et Simon

 





ULTRAROCK
13 av. Charles De Gaulle
Escalier D
78230 Le Pecq

ultrarockcontact@free.fr


Toute l'année, nous recherchons
des chroniqueurs ou des chroniqueuses
pour le site, tenté ?

© essgraphics 2011
!-- phpmyvisites -->