Ecoute ULTRAROCK en live sur ton ordi
ou sur les ondes de la radio RGB 99.2
Ecoute les émissions en Replay !

AMON AMARTH «  JOMSVIKINGS » sortie le 25 MARS 2016 chez SONY MUSIC

A M O N  A M A R T H

Propos recueillis par Emmanuelle NEVEU


Avec les premiers froids de notre hiver parisien, sont arrivés nos vikings suédois préférés avec, dans leur drakkar, leur dixième album studio nommé « JOMSVIKING », trois ans après « Deceiver of the Gods ». Une rencontre nordique au sommet avec le guitariste Johann Soderberg, grand fan d'IRON MAIDEN qui nous éclaire un peu sur le sujet :

UR : « JOMSVIKING » : Voici un très bon concept album, dans la lignée death mélodique digne d'AMON AMARTH !

JS : Effectivement, c'est un concept album qui raconte l'histoire d'un personnage qui doit écrire un scénario puis le transcrire en musique. JOMSVIKING est un groupe de mercenaires que le narrateur va rejoindre au fil des titres.

Combien de temps avez-vous travaillé sur « JOMSVIKING » ?

L'écriture a été réalisée il y a un peu plus d'un an et demi puis la musique il y a exactement un an, en janvier 2015. On a travaillé individuellement chez nous puis on s'est tous retrouvés pour enregistrer en studio pendant 6 semaines avec Andy SNEAP à la production. C'est un moment que j'aime particulièrement car je me retrouve prêt à me concentrer uniquement sur l'album. Ce n'est pas un sentiment habituel de ne faire que cela du lever au coucher et ne s'occuper de rien d'autre que de jouer.

Quels sont tes titres préférés de “JOMSVIKING” ?

Vraiment je les aime tous les 11, mais peut-être « Raise your horns » car en concert il va prendre tout son sens. Le public va participer, cela va être très bon. Le titre que je préfère pour l'écoute est sûrement « One thousand burning arows ».

“A dream that cannot be” est un duo avec DORO Pesch ?

Oui, tout à fait. Le titre raconte le moment où le narrateur a dû partir de son pays car il a tué un homme accidentellement. Il retrouve l'amour de sa vie et l'on avait besoin d'une voix féminine sur ce titre. DORO s'est imposée comme une évidence, sa voix est idéale et son charisme est parfait pour notre musique. Il y a peu d'artistes féminines rassemblant ces qualités. En fait, il n'y avait qu'elle pour endosser ce rôle.

Ce serait génial de faire un long métrage (ou un long clip) avec ce concept, qu'en penses-tu ?

C'est presque ce qui va se passer mais sous forme d'un comic book, à plus ou moins long terme. Nous en avons l'intention en tout cas. D'un point de vue images, un clip du titre « FIRST KILL » est prêt à être divulgué, cette semaine d'ailleurs, il me semble (NDLR : une vidéo humoristique « keyboard warrior » a été diffusée dès le lendemain en avant première de « FIRST KILL »).

En parlant « d'images » as-tu vu les séries actuelles sur les vikings et qu'en penses-tu ?

Je n'ai pas vu « Game of thrones » mais j'ai beaucoup aimé la série « Vikings » qui est plutôt bien documentée historiquement. C'est bien sûr un peu sur-joué mais ça reste assez réaliste.

Sur scène, que va-t-il se passer ?

Nous allons intégrer des éléments de décors plus théâtraux sur les scènes adéquates. Ca va être plus compliqué lors de la tournée des clubs bien sûr.

Où n'avez-vous jamais joué ?

Nous n'avons jamais joué en Afrique car nous n'en avons jamais eu l'opportunité. La seule option serait en Afrique du Sud, pourquoi pas sur ce tour ?

Suite aux évènements du 13 novembre 2015 au Bataclan à Paris, as-tu une petite angoisse par rapport au fait de jouer à Paris ?

Je n'aurai jamais pensé qu'une telle chose pourrait se produire dans un concert de « métal ». C'est un évènement terrible qui m'a laissé un sentiment étrange mais qui, selon moi, ne se reproduira pas. Je n'ai pas d'appréhension ni de peur par rapport à cela.

Alors finalement qu'est ce qui te fait le plus peur dans la vie ?

Certainement le fait de perdre l'usage de mes bras, d'être dans l'incapacité de jouer. Si j'étais anxieux, j'aurai plus de raison de m'inquiéter pour des choses comme un crash d'avion ou le pire, qui reste la disparition de mes proches. Je ne pense pas à ce genre de chose je vais de l'avant et je vis ma vie.

J'imagine que repartir en tournée est un bonheur intégral pour toi ?

Oui c'est vrai, c'est mon plus grand plaisir depuis mes débuts dans AMON AMARTH il y a 18 ans à présent. C'était mon hobby et maintenant c'est mon travail.

Votre batteur Fredrick Anderson est parti du groupe en mars dernier après 17 ans de collaboration. Quel est ton sentiment sur le sujet ?

C'est un ami de toujours et ça le restera mais il vaut mieux passer à autre chose quand les intérêts ne sont plus les mêmes. On évolue tous différemment.

Qui est le batteur qui a participé à l'enregistrement de JOMSVIKING alors ?

Son nom est Tobias Gustafsson de VOMITORY (ndlr : death métal suédois 1989-2013). C'est un ami qui nous a aidés sur l'album mais ne participera certainement pas à la tournée. C'est un bon batteur et une personne très positive. C'est très facile de travailler avec lui. On a été ravis de pouvoir l'avoir pour JOMSVIKING mais il a des activités et nous devons envisager une solution permanente.

Quelles actualités pour AMON AMARTH en 2016 ?

Trouver un nouveau batteur. Nous avons presque arrêté notre choix qui sera prochainement révélé. Il faudra voir si cette personne pourra s'adapter à AMON AMARTH aussi bien musicalement qu'humainement. On le verra sur la tournée « JOMSVIKING »  qui va suivre. Le line up du groupe est stable depuis 17 ans. C'est un gros challenge donc.


Interview Emmanuelle NEVEU pour ULTRAROCK


 





ULTRAROCK
13 av. Charles De Gaulle
Escalier D
78230 Le Pecq

ultrarockcontact@free.fr


Toute l'année, nous recherchons
des chroniqueurs ou des chroniqueuses
pour le site, tenté ?

© essgraphics 2011
!-- phpmyvisites -->